×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Obligations convertibles en actions
Les détails de l’émission de Risma

Par L'Economiste | Edition N°:3404 Le 12/11/2010 | Partager

. Ouverture des souscriptions ce jeudi. Opération réservée aux actionnaires et détenteurs de droits préférentiels. Elle propose un coupon attrayant de 5,5%C’est parti pour la souscription de l’émission d’obligations rembour-sables en actions (ORA) de Risma. Les actionnaires actuels de la société et les détenteurs de droits préférentiels (négociables à la Bourse de Casablanca à partir du 11 novembre) ont jusqu’au 14 décembre pour en bénéficier. L’ORA, qui porte sur un montant total de 346 millions de DH, est attrayante à plus d’un titre. En effet, les obligations issues de cette opération seront assorties d’un coupon de 5,5% servi annuellement à la date anniversaire. Selon Risma, ce coupon présente une prime de risque de 178 points de base par rapport aux bons du Trésor interpolés sur la maturité des obligations (2 ans et 9 mois). De plus, le coupon proposé par Risma, en logique actions, est supérieur à la moyenne du dividende Yield des sociétés cotées de taille comparable qui se situe à 5,4%. De même, la prime d’émission des actions nouvelles, à la date de remboursement, représente la moyenne des cours boursiers de Risma sur les 40 séances précédant la date de remboursement et son cours moyen sur les 5 dernières séances d’avant le remboursement de l’ORA. A cette différence est appliquée une décote de 15%. Autre avantage, le produit de l’ORA peut être assimilé à un produit obligataire puisqu’il propose un rendement annualisé de 10% indépendant du niveau de cours à la date de conversion. A travers cette émission, le bras financier du groupe Accor désire se doter de capitaux permanents, sans altérer sa capacité financière, pour financer une partie de son programme d’investissement sur la période 2010-2013. En effet, il compte achever ses constructions en cours pour se tourner vers l’hôtellerie économique avec la chaîne Etap Hôtel. Cela aboutira, d’après le management du holding, à partir de 2014, «à l’aboutissement du projet industriel de Risma». D’ailleurs, le ma-nagement compte atteindre la taille critique avec un parc de 5.830 chambres, ainsi que l’arrivée à maturité d’un certain nombre d’unités. Cela se traduirait, selon les prévisions, par le doublement du chiffre d’affaires à 1,9 milliard de DH en 2014. Dans ce sillage, la marge d’exploitation s’améliorerait notamment grâce à «l’effet de levier du parc Sofitel et l’arrivée à l’équilibre des hôtels en restructuration» avec une génération de cash- flows récurrents par le parc mature de près de 500 millions de DH annuels. De même, le résultat net prévu atteindrait 200 millions de DH. Au final, la marge nette de 11%, à l’horizon 2014, serait amenée à croître significativement avec l’arrivée à maturité de toutes les unités du parc. M.A.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc