×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Nuit branchée à Casablanca : 700 personnes dans un parking pour une mecanic party

Par L'Economiste | Edition N°:77 Le 29/04/1993 | Partager

Les Accès soiristes ne sont encore qu'un cercle d'amis. Ils vont se constituer en association de fêtards, pour rompre l'ennui à Casablanca Leur dernière nuit organisée au parking du Sheraton révèle chez une jeunesse bon chic bon genre une soif de convivialité et de gaîté, désormais perdues par nos villes.

Il s'ennuient à Casablanca, mais ils n'ont plus l'âge d'organiser des "boums" chez leurs parents. Ils lancent depuis quelques mois des soirées privées... où quelques centaines d'initiés sont invités . La dernière s'est tenue samedi 24 avril, à l'Hôtel Sheraton, au parking, transformé pour l'occasion en discothèque.

Depuis l'été dernier, l'idée est venue aux Accès-soiristes de "s'éclater", hors des éternels circuits nocturnes de Casablanca: La Notte pour les plus jeunes, Olivia Valère pour les plus snobs. Ces lieux balisés et industriels ne convenaient plus à leur tempérament. Surtout que ces jeunes messieurs sont des "créatifs", des stylistes, qui opèrent dans la mode vestimentaire ou la maroquinerie.

Depuis, ils cherchent les endroits les plus fous, les plus inattendus. Une usine désaffectée pour une précédente soirée, un riad dans l'Ancienne Médina, pour le réveillon. Avec le printemps, la dernière idée qui a germé dans les cerveaux très urbains des Accès-soiristes fut celle d'une "mecanic party".

Ils l'ont proposée à Marc Lannoy, directeur du Sheraton, qui a rapidement compris qu'il ne s'agissait pas là de voyous, de marginaux: en Europe, aux USA, ces phénomènes sont issus des banlieues pauvres et défavorisées. A Casablanca, (et demain, dans d'autres villes), c'est la Jet Set qui met son piquant. Le phénomène rappelle plutôt Boris Vian, ingénieur centralien, et ses amis, allant cultiver le calembour, jouer du jazz, dans les caves, pour redonner un peu de joie au Paris triste d'après-guerre.

Invités privilégiés

La méga-fête est lancée. Pas d'affiches, pas d'annonce, mais quelques centaines d'invitations distribuées sous le blouson, comme les tracts d'une société secrète. "Molette, Cambouis et les autres vous invitent à leur prochaine mecanic party dans le garage du Sheraton". Ce qui change des traditionnels "Hadj X et Hadja Ynous invitent au mariage de leur fils Sidi... et leur fille Lalla...". Soirée andalouse.

L'invitation, exigée à l'entrée.... pour payer, est conçue comme un privilège. Pour 120DH, chacun est venu marquer son appartenance à cette franc-maçonnerie du loisirs. Tout le gratin de la jeunesse dorée et entreprenante s'était donné rendez-vous.

Les jeunes patronnes de la pub, les loups du marketing, qui vous écoulent n'importe quel stock, l'inévitable "Noor", coiffeur des grandes dames... et bien d'autres, qui, à l'entrée, en faisant la queue, discutaient sérieusement des bienfaits des dernières pluies ou du crédit jeunes promoteurs.

Pour accéder au parking-dancing il faut monter dans un bus, stationné là. Un bus privé, pas de ceux de la RATC, trop abîmé pour rendre hommage à la mécanique. En fait, c'est une astuce du directeur du Sheraton pour demander les noms et les adresses des invités, les saisir aussitôt sur un clavier, constituer un fichier pour un mailing.

Le bus franchi, et les 120 Dirhams acquittés, donnent accès au parking aménagé en piste. Le décor est planté. Quelques pneus (usagés) empilés dans un coin, des carcasses de voitures accidentées achetées à 4.000DH, à la ferraille de Sidi Moumen, des pompes a essences factices, prêtées par les pétroliers les plus sérieux: Afriquia, Shell, Mobil... Autres sponsors d'un soirs, HCS informatique installe un micro-ordinateur, avec un jeu de course automobile pour les accros du clavier.

Des fûts métalliques sont posés par Ballantines, vidés de tout contenu, hélas, pour les plus assoiffés. Ceux-ci doivent passer à "la pompe", c'est-à-dire aux stands boissons installés aux quatre coins du parking. Spécialités: gin sans plomb, scotch gazoil, vin rouge fuel, bière butane.

Pour les petits creux de minuit, le chef du Sheraton sert des "hamburgers à la graisse de boulon" et des "pizzas à la ferraille", ou "des hot dogs à l'huile de moteur". Un régal pour les estomacs en acier! Quant à l'animation musicale, elle n'est pas moins métallique.

Du hard rock pur et dur, alterné de disco ou de Rai. Le D.J juché sur une installation de fortune alterne les genres.

Danseur oriental

Certains rient comme s'ils ne l'ont pas fait depuis si longtemps.

D'autres se contentent de bavarder, des plaisirs simples, désormais rares et qui font une ville. Ils évoquent les magasins d'alcool qui ferment à 20 heures, les Marlboro en rupture depuis des semaines. Bref, un climat de prohibition.

Heureusement, deux spectacles sont fournis en prime: des percussions, joués par 3 Sénégalais et un Russe. Un régal de tam tam, dans les plus pure tradition gnaouas. Auparavant, dans l'après-midi, le directeur du Sheraton exige une audition. Il monte le quatuor sur une terrasse: Résultat, les centaines de pigeons du quartier s'envolent d'un coup. A la limite de la catastrophe écologique. Un autre spectacle a été offert par une danseuse du ventre, qui s'est révélée être un danseur. De quoi faire pâlir de jalousie les plantureuses professionnelles des cabarets de la corniche.

En définitive, dans le public, peu d'excentricité vestimentaire ou dans la coiffure. Pas même un bleu de travail plein de cambouis. Aucun excès, aucun débordement.

L'hôtel avait mobilisé tout son staff sécurité, quelques policiers, quelques pompiers, pour une jeunesse assagie. Rien à voir avec les nuits rouges de Harlem. La prochaine nuit est prévue dans 6 semaines.

K.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc