×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Nucléaire: L’Iran a repris les négociations avec la Russie

Par L'Economiste | Edition N°:2234 Le 15/03/2006 | Partager

. Téhéran est prédisposée à une solution diplomatiqueLE porte-parole du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale a annoncé hier la reprise de négociations à Moscou sur le plan russe d’enrichissement d’uranium iranien en Russie. Le plan de Moscou propose de transférer en Russie l’enrichissement industriel d’uranium. Le but est de donner des assurances aux Occidentaux que le programme nucléaire iranien ne dévie pas vers la fabrication de l’arme atomique. Le plan est lié à la condition que Téhéran suspende sur son territoire ses activités d’enrichissement à petite échelle, dans un but déclaré de recherche. “L’Iran considère que des négociations sur la base des règles internationales est la solution pour sortir de la situation actuelle et accepte toute proposition constructive dans ce cadre”, a poursuivi le porte-parole iranien. Ce dernier assure l’attachement de l’Iran à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Cette déclaration intervient alors que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu étudient la réponse à apporter au refus de l’Iran de se plier notamment à la demande de l’AIEA de suspendre ses activités nucléaires sensibles. Le responsable iranien a également critiqué les Etats-Unis “qui cherchent à utiliser le Conseil de sécurité comme un instrument pour faire pression sur l’Iran”.. “Les Etats-Unis ont tout fait pour envoyer le dossier iranien au Conseil de sécurité depuis longtemps, mais ils n’ont pas de stratégie pour la période qui s’ouvre”, a déclaré hier un diplomate européen, ayant requis l’anonymat. Les Occidentaux soupçonnent Téhéran de vouloir utiliser son programme nucléaire pour la construction de l’arme atomique. Un autre diplomate a dit redouter une évolution semblable à celle de la Corée du Nord, qui a décidé de limiter sa coopération avec l’AIEA et quitté le Traité de non prolifération (TNP) fin 2002. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc