×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Nucléaire: L’Iran répondra autour du 6 août

Par L'Economiste | Edition N°:2312 Le 05/07/2006 | Partager

. Proposition occidentale: Des mesures incitatives liées à la suspension de l’enrichissement LE chef des négociateurs du dossier nucléaire iranien Ali Larijani a annoncé que son pays répondrait vers le 6 août à l’offre des grandes puissances visant à obtenir la suspension par l’Iran de son enrichissement d’uranium. «Notre négociation avec les Européens se tiendra mercredi, mais ce n’est que le début des discussions et notre réponse définitive à leurs propositions sera prête vers le milieu du mois (iranien) de Mordad», soit autour du 6 août, a dit le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, cité mardi 4 juillet par la télévision d’Etat. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait précédemment annoncé une réponse de l’Iran vers la fin du mois de Mordad, qui s’achève le 22 août. Mais les chefs de la diplomatie des pays du G8 ont appelé l’Iran jeudi dernier à répondre à l’offre dès le 5 juillet, quand Larijani rencontrera à Bruxelles le Haut représentant de l’UE pour la politique extérieure Javier Solana. Ce dernier avait présenté à Téhéran le 6 juin une offre au nom des 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et de l’Allemagne. Cette offre comporte une série de mesures incitatives, et l’ouverture de négociations sur le programme nucléaire iranien, mais est liée à la condition préalable d’une suspension de l’enrichissement d’uranium. Les Occidentaux n’ont pas caché que son rejet relancerait l’étude de mesures contre l’Iran au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Lundi soir, Larijani a jugé que la condition préalable d’une suspension de l’enrichissement d’uranium n’était pas «raisonnable». Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc