×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Nucléaire civil: La Chine et l’Egypte collaborent

Par L'Economiste | Edition N°:2397 Le 09/11/2006 | Partager

. Au risque d’irriter les Etats-UnisLA Chine va aider l’Egypte dans la relance de son programme nucléaire civil, ont affirmé mercredi 8 novembre les médias chinois.Selon un communiqué publié à l’issue de la rencontre, mardi dernier, entre les présidents chinois, Hu Jintao, et égyptien, Hosni Moubarak, les deux pays vont renforcer leur coopération dans plusieurs domaines, dont «l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire». Mardi, ni le ministère chinois des Affaires étrangères ni celui du Commerce n’avaient souhaité apporter de précisions sur le sujet.Avant sa visite d’Etat en Chine et sa participation au sommet sino-africain de Pékin, Moubarak s’était rendu en Russie pour solliciter notamment l’aide de la Russie sur cette question sensible.Selon les analystes, en sollicitant l’aide de la Chine et de la Russie pour relancer son programme nucléaire civil, l’Egypte risque d’irriter les Etats-Unis, son allié de longue date.L’Egypte, qui avait lancé dans les années 50 son programme nucléaire, dispose d’un centre de recherche à Inchass, au nord du Caire, doté d’un réacteur russe et d’un autre argentin.A la fin des années 70, le pays avait voulu construire 8 centrales nucléaires pour produire de l’électricité, mais n’en a finalement réalisé aucune. Son programme est gelé depuis la catastrophe de la centrale ukrainienne de Tchernobyl, en 1986.Selon le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit, son pays cherche désormais à se doter d’au moins une centrale nucléaire pour générer de l’électricité d’ici 10 ans. Le Caire, signataire du Traité de non prolifération nucléaire (TNP), a tenté de rassurer une communauté internationale échaudée par les programmes nord-coréen et iranien, en affirmant qu’il importerait l’uranium enrichi.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc