×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Nomura dans la tourmente

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Le président de Nomura Securities, Hideo Sakamaki, a démissionné le 14 mars avec effet immédiat pour assumer la responsabilité des transactions effectuées par sa société avec la pègre.
    Lors d'une conférence de presse tenue à Tokyo, M. Sakamaki a indiqué qu'il avait «décidé de quitter ses fonctions pour assumer la responsabilité de la réaction provoquée par Nomura sur les marchés». Il nous faut reconnaître "la gravité des problèmes causés par nos deux directeurs", a-t-il dit.
    La semaine dernière, Nomura avait concédé que deux de ses cadres avaient effectué des transactions illégales destinées à rémunérer un promoteur immobilier lié à la mafia. Le scandale a été tel que nombre de grandes banques japonaises ont cessé toute transaction avec le premier courtier nippon.
    Arrivé aux commandes du groupe en 1991, à la suite d'un premier scandale, M. Sakamaki avait vu sa réputation de «Monsieur Propre» bien entachée quatre ans plus tard, lorsqu'il avait fait revenir au Conseil d'administration les deux responsables qui incarnaient les pratiques douteuses du Nomura ancien.

    L'ex-président Yoshihisa Tabuchi et l'ex-président du conseil d'administration Setsuya Tabuchi (les deux hommes ne sont pas parents) avaient démissionné il y a six ans lorsqu'il était apparu que Nomura avait remboursé en toute illégalité les pertes subies par certains gros comptes.
    Le retour du «grand» et du «petit» Tabuchi n'aura duré que deux ans: les deux hommes vont quitter leur siège au Conseil d'administration, a indiqué Nomura, en assurant que leur départ n'était pas lié à la dernière affaire.
    M. Sakamaki, qui restera dans l'entreprise avec le statut de conseiller, selon l'usage nippon, est remplacé par l'actuel président du conseil d'administration, M. Masashi Suzuki, qui cumulera les deux fonctions.
    Nomura fait l'objet d'une enquête de la Commission des opérations de bourse japonaise et pourrait, selon la presse locale, faire l'objet d'une punition exemplaire de la part de son autorité de tutelle, le Ministère des Finances.

    (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc