×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Nominations royales
Gros profils pour gros portefeuilles

Par L'Economiste | Edition N°:2215 Le 16/02/2006 | Partager

. Chakib Benmoussa, ministre de l’Intérieur. Benhima à la RAM, Terrab à l’OCP...SM le Roi Mohammed VI a nommé, hier mercredi à Ifrane, Chakib Benmoussa à la tête du ministère de l’Intérieur en remplacement de El Mostafa Sahel. Ce dernier a désormais la charge d’ambassadeur du Maroc auprès des Nations unies. El Mostapha Sahel est né le 5 mai 1946 à Ouled Frej dans la province d’El Jadida. Titulaire d’une licence et d’un DES en droit public, il a occupé divers emplois administratifs, entre autres contrôleur financier, chef de la division du budget d’équipement, directeur du budget, chargé du secrétariat général du ministère des Finances et directeur général du Fonds d’équipement communal (FEC). Il a également occupé plusieurs postes en tant qu’administrateur. Il a été commissaire du gouvernement auprès de Bank Al-Maghreb et membre du conseil d’administration du Fonds arabe pour le développement économique et social, dont le siège est au Koweit. En 1995, il a été nommé ministre des Pêches maritimes et de la Marine marchande. Il a été nommé wali de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, le 27 juillet 2001, avant d’être nommé ministre de l’Intérieur le 07 novembre 2002.La désignation de Benmoussa à la tête du département de l’Intérieur alimentait, depuis quelque temps déjà, les discussions de salon. On disait que Sahel était partant, mais personne n’arrivait à mettre un nom à la tête de l’Intérieur. Celui de Benmoussa, alors secrétaire général du même département, circulait pourtant avec insistance. Chakib Benmoussa, né en 1958 à Fès, est lauréat de l’Ecole Polytechnique (1979) et de l’Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris (1981). Il est aussi titulaire d’un DESS de l’Iscae (option gestion des projets) et d’un «Master of science» du Massachussetts institute of technology (MIT). . Relever le défi de la compétitivitéAssistant de recherche au Laboratoire d’hydrodynamique (MIT) de 1981 à 1983, puis responsable de la division méthodes de gestion à la Direction des routes de 1983 à 1985, il a également assumé, entre autres fonctions, celle d’ingénieur consultant au bureau d’étude «Conseil ingénierie et développement» (1985 à 1987) avant d’être nommé directeur de la planification et des études au ministère de l’Equipement. Benmoussa a également occupé la fonction de Secrétaire général du département du Premier ministre (1995-98), de président-délégué de Sonasid, président de Tanger Free Zone (1998-2000). Il a aussi été membre du comité exécutif du groupe ONA et administrateur directeur général du groupe Brasseries du Maroc. Le 11 décembre 2002, il a été nommé wali, secrétaire général du ministère de l’Intérieur.En outre, le Souverain a nommé Moulay Mhamed Iraqi, wali Diwan Al Madalim. Né en 1932, Moulay Mhamed Iraqi est lauréat de l’Université Al Karaouiyine. Il a accédé à la magistrature le 5 juillet 1957 comme juge. Il a ainsi occupé les postes de vice-président de la cour régionale de Casablanca, puis président de la chambre criminelle près la cour d’appel de la même ville avant d’être appelé à l’inspection générale au ministère de la Justice comme inspecteur. Il a ensuite été nommé procureur général du Roi à Meknès puis président de chambre à la Cour suprême. Changement également à la tête de la Direction générale de l’Office chérifien des phosphates (OCP). C’est désormais Mustapha Terrab, qui va présider aux destinées de l’Office en remplacement de Mourad Chérif. Le Souverain a également prodigué ses conseils au nouveau directeur «pour renforcer le rôle moteur de cette institution prépondérante de l’économie nationale, dans un environnement international fortement concurrentiel». Mustapha Terrab est né en 1955 à Fès. Titulaire en 1990 d’un doctorat d’Etat (ph.d.) en recherche opérationnelle du Massachussetts institute of technology (MIT-USA), d’un masters en ingénierie dans le même institut, Mustapha Terrab est également titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris (1979). Chargé de mission au Cabinet royal depuis 1992, Terrab est aussi secrétaire général au secrétariat exécutif du Sommet économique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le 9 février 1998, il a été nommé directeur de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).Autre nomination non moins attendue: celle de Driss Benhima en tant que PDG de Royal Air Maroc RAM) en remplacement de Mohamed Berrada, qui avait été l’initiateur du développement d’une industrie aéronautique au Maroc. Le Souverain a souligné la nécessité de donner une nouvelle dynamique à la compagnie aérienne et de consolider sa place dans un secteur en constante évolution et dans lequel il est nécessaire de relever le défi de la compétitivité.Né en 1954, Benhima est ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique de Paris et de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris. Il a rejoint l’Office chérifien des phosphates (OCP) en 1978 qu’il quitte en 1990. Après un court passage par le privé, Benhima réintègre le secteur public le 29 mars 1994 suite à sa nomination à la tête de l’Office national de l’électricité (ONE). Le 13 août 1997, feu SM Hassan II le nomme ministre des Transports, de la Marine marchande, du Tourisme, de l’Energie et des Mines, poste qu’il conserva jusqu’en mars 1998. Le 14 mai 2001, SM le Roi Mohammed VI, le nomme président délégué du comité national de la candidature du Maroc pour le mondial 2006. En juillet 2001, il est nommé wali de la région du Grand Casablanca, fonction qu’il occupa jusqu’à sa nomination, en mars 2004, nouveau directeur général de l’Agence pour le développement des provinces du Nord. . Processus d’ouvertureQuant à Fayçal Laraïchi, il a été nommé PDG de la Société de réalisation audiovisuelle, Soread-2M. Le Souverain a donné ses orientations pour que la présidence commune des deux sociétés nationales d’audiovisuel, la SNRT et Soread-2M, contribue au renforcement du pôle public, dans le processus d’ouverture du paysage audiovisuel national. Fayçal Laaraichi est né le 19 janvier 1961 à Meknès. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole spéciale des travaux publics de Paris en 1985 et d’un master of science de la Stanford university de Californie en 1986. En 1999, il a été nommé par SM le Roi directeur de la Télévision marocaine avant d’être nommé, le 10 septembre 2003, Directeur général de la Radio télévision marocaine (RTM). Fayçal Laaraichi, occupait, depuis mai 2005, le poste de président directeur général de la société nationale de la radio-télévision (SNRT).Younes Maamar a été, lui, nommé, directeur général de l’Office national d’électricité (ONE). Le Souverain a rappelé le rôle stratégique de l’ONE, levier incontournable de développement, en insistant sur la nécessité d’explorer des voies nouvelles devant permettre au Royaume d’accroître ses performances énergétiques. Maamar est un expert en matière de développement des affaires et des finances. Avant de joindre l’AES Corporation en tant que directeur de projet dans le département de l’Europe et de l’Afrique, Maamar avait passé six ans à la Banque Mmondiale. Le Souverain a également nommé Anas Alami, directeur général de Barid Al-Maghrib auquel Sa Majesté a donné ses instructions pour poursuivre la modernisation de cette institution en développant notamment de nouveaux services financiers destinés à accroître les flux de capitaux et à mobiliser davantage l’épargne nationale.Fouad Brini a été placé à la tête de l’Agence de développement des provinces du Nord. A cette occasion, le Souverain a rappelé l’intérêt particulier qui a présidé à la création de cette agence, soulignant la nécessité d’accélérer le rythme dans la concrétisation des nombreux projets initiés par cette dernière avec ses différents partenaires. Fouad Brini est ingénieur en micro-électronique et en conception de systèmes de l’Ecole des sciences d’information et de l’ingénieur de Monpellier (ESIM). Agé de 43 ans, Brini avait occupé le poste de président de l’association des professionnels de l’informatique, de la bureautique et de la télématique (APEBI). Titulaire d’un diplôme d’étude supérieur spécialisé (DESS) en gestion d’entreprises de l’Institut d’administration des entreprises de Montpellier, il avait intégré en 1987 Bull France à la direction recherche et développement. Il a ensuite rejoint IBM avant de regagner le Royaume en 1989 et intégrer Bull Maroc. Il y occupe le poste de responsable commercial d’un certain nombre de grands comptes et suit également de nombreux projets.J.E. HERRADI (avec MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc