×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Musiques sacrées
Le grand public n’est pas oublié

Par L'Economiste | Edition N°:2291 Le 05/06/2006 | Partager

. Saber Rebai et Lotfi Bouchnaq dans un concert gratuit. L’animation du Champ de course, une idée qui marche Bab Boujloud est à l’honneur avec des concerts gratuits destinés au grand public. Cet espace d’exception de par son emplacement offre tous les jours un climat d’écoute idoine pour quelque 30.000 spectateurs. Sis entre Fès Jdid et Fès El Bali, la place permet à la population des deux arrondissements de se divertir et de se reposer. De plus, celle-ci est entourée de monuments historiques tels que Bab Boujloud, la mosquée Nasr, Bab Kasbat... Une autre occasion pour des promenades au cœur de l’histoire. Dans le cadre du festival des musiques sacrées, des artistes de tout bord y sont programmés. Déjà samedi, les amateurs sont venus en masse assister au 1e spectacle qui était animé par une marche de fanfares et l’ensemble marocain des mouachahat (répertoire religieux de Riad Sembati). Mais le clou du festival est sans nul doute le concert de Saber Rebai et Lotfi Bouchnaq qui chanteront gratuitement à Bab Boujloud.  Par ailleurs, la culture est aussi au rendez-vous sur le Champ de courses où pour la deuxième année consécutive sont organisés des spectacles de qualité. Là, le public a pu voir une parade en musique de la gendarmerie royale suivie d’un show du chanteur Fouad Zbadi. «C’est une bonne initiative d’organiser des évènements de proximité au profit des populations excentrées », indique un père de famille accompagné de ses quatre enfants. A ne pas rater, toujours au Champ de course, dès 20 h, Fatima Tabaamrant et le groupe congolais de percussions. Et mercredi, l’ensemble Gharnati, Mahmoud Idrissi et Inass. Mais la soirée la plus attendue est celle du vendredi qui sera animée par Abdelhadi Belkhayat et Karima Skalli. Par ailleurs, chaque jour, Dar Tazi dès 23 heures s’anime. Les gens assistent à des nuits soufies. Dans cette maison de l’association Fès-Saiss, tout le monde est assis par terre. Le son fort des tambours et des paroles favorise l’installation d’un climat spirituel et annonce le début d’une soirée sacrée. Les visiteurs y trouvent leur bonheur. Leur motivation principale est d’élargir leurs horizons, de rechercher des connaissances et des émotions au travers de la découverte des chants, leur patrimoine et leur territoire. En un mot, les séquences culturelles, spirituelles et mélodieuses se conjuguent à Fès.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc