×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Mouton et Nouvel An
A Agadir, les hôteliers maintiennent la fête

Par L'Economiste | Edition N°:2412 Le 30/11/2006 | Partager

. La station balnéaire devrait afficher complet à la fin de l’année. Les restaurateurs partagés sur l’organisation des soirées  Fêtera, fêtera pas? La question du maintien du réveillon de fin d’année ne se pose même pas chez les hôteliers de la station balnéaire d’Agadir. A l’unanimité, les établissements de la destination, vocation touristique oblige, maintiennent les soirées prévues à l’occasion du 31 décembre. Même si la Saint Sylvestre coïncide ce jour-là avec la fête religieuse du sacrifice du mouton, Aïd El Adha. Occasion durant laquelle la loi sur l’interdiction de la vente d’alcool aux musulmans est particulièrement appliquée. “Nous aurons deux bonnes raisons de faire la fête, pourquoi s’en priver!”, lance Hamid Bentahar, directeur général du Sofitel Agadir. Le manager de l’établissement assure que des programmes sont en cours de préparation et que la fête sera au rendez-vous au Sofitel. Ceci d’autant plus que l’hôtel affiche déjà complet pour cette période. Et il ne sera pas le seul à faire le plein fin décembre. Les hôteliers front de mer ont presque tous arrêté leur vente pour les derniers jours de 2006. Quant à ceux en deuxième ligne, ils ont déjà vendu pour l’heure plus de 60% de leur capacité. Des taux d’occupation qui les encouragent à ficeler au plus vite leurs programmes de fête du réveillon de fin d’année. Claude Reggiani, DG de l’hôtel La Kasbah, annonce déjà que le prix de la soirée de la Saint Sylvestre a été fixé à 370 DH par personne au restaurant le Gandhara. De son côté, l’hôtel Kenzi propose pour cette occasion un dîner gastronomique agrémenté d’un orchestre pour le prix de 1.000 DH par personne, annonce Chafik Mahfoud Filali, DG de l’établissement. D’autres hôtels, tels le Tafoukt, le Dorint Atlantic Palace, le Tikida Beach et autres, vont suivre l’exemple et promettent de chaudes soirées à l’occasion du réveillon. Les programmes ne sont pas encore bouclés pour la plupart, mais tous disent concocter le meilleur pour séduire leurs clients. De fait, personne ne prend en compte le manque à gagner qu’engendrerait l’interdiction de servir de l’alcool aux musulmans lors de cette occasion. De l’avis de Saïd Scally, président du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir, en général, la clientèle nationale n’est pas très nombreuse dans les hôtels d’Agadir en fin d’année. Par ailleurs, poursuit-il, les hôteliers vendent à la clientèle étrangère des packages comprenant la soirée du réveillon. “L’interdiction de servir de l’alcool à la clientèle nationale ne devrait donc pas changer grand-chose à leur recette. L’impact sera par contre important au niveau des restaurants et des night-clubs, car la majorité de leurs clients sont des nationaux’’, indique le président du CRT. Concernant l’organisation de soirées spéciales le 31 décembre prochain, les restaurateurs sont d’ailleurs très partagés. Certains annoncent déjà la couleur et informent que leurs établissements n’organiseront pas de fête ce soir-là. Il en est ainsi de la Médina de Coco Polizzi. A la villa Riadana, rien n’est encore décidé. Au restaurant Le César, par contre, le management indique que l’établissement sera ouvert le soir du 31 décembre et qu’il proposera à sa clientèle un menu gastronomique. La fête sera également au rendez-vous au Zanzibar du Tikida Beach. Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc