×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Moulay Youssef: Les hospitalisations différées

    Par L'Economiste | Edition N°:296 Le 18/09/1997 | Partager

    L'hôpital Moulay Youssef, ex Sidi Sofi, inauguré en juillet, a ouvert ses services de Consultations et d'Urgences. Les hospitalisations doivent suivre dans quelques semaines. Le délai doit permettre d'apporter quelques améliorations sur le plan technique.


    Les Consultations et les Urgences sont déjà opérationnelles. Le reste devrait suivre incessamment. Le reste, ce sont les hospitalisations. L'hôpital Moulay Youssef, ex Sidi Sofi, n'a donc ouvert ses portes qu'en partie bien qu'il ait été inauguré en juillet. «C'est une question de quelques semaines « rassure d'emblée le Dr Nourredine Bouchareb, directeur de l'établissement.
    En fait, l'essentiel des travaux avait été effectué par Haj Ghali Berrada, le mécène à qui revient le mérite de la renaissance de l'hôpital Sidi Soufi. « Après réception de l'établissement, nous n'avions plus qu'à optimiser quelques volets techniques, en particulier au niveau de l'éclairage et des canalisations» ajoute le DR Bouchareb. En fait, les promoteurs du projet tiennent à ce que le démarrage de l'hôpital Moulay Youssef ne soit entaché d'aucune défaillance. Ce qui expliquerait son ouverture progressive. Surtout qu'il s'agit d'en faire d'une unité modèle pour ses homologues relevant de la Santé Publique. D'abord, à travers des prestations de haute qualité. Cet objectif ne semble pas utopique eu égard l'impressionnant plateau technique dont dispose l'hôpital.
    Ensuite, par des tarifs qui doivent rester «d'un niveau acceptable» pour la population.

    Pour le démarrage, près de 3,2 millions de DH ont été avancés par le Ministère de la Santé Publique, mais l'établissement, qui sera géré en Segma (Service d'Etat Géré de Manière Autonome), veut mériter son nom et gagner son indépendance vis-à-vis du budget de l'Etat. D'ores et déjà, il faut noter que la tâche ne s'annonce pas facile. L'objectif d'amélioration des recettes préoccupent plus d'un directeur d'hôpital au statut «Segma». A commencer par les CHU. Surtout que des facteurs extrinsèques entrent aussi en compte. Les projets de couverture médicale généralisée et de révisions des tarifs, notamment, tardent à se concrétiser.
    Selon les premières estimations, l'hôpital Moulay Youssef devrait dégager pour sa première année entre 6 à 7 millions de DH de recettes. «Cette prévision tient compte des soins prodigués gratuitement aux indigents,» ajoute le Dr Bouchareb.
    Il dévoile aussi quelques ligne sur ce que sera la future gestion de l'hôpital. «Il faut absolument que nous gardions en vue une notion de comptabilité/patient. Je pense que si nous arrivons à maîtriser le vrai coût du malade, le reste sera plus simple».

    Dans un souci d'optimisation des ressources, la direction avait annoncé son intention d'externaliser au privé, les opérations qui n'entrent pas directement dans le cadre de la prise en charge médicale et paramédicale, telles que la restauration, le nettoyage, le buendage et le gardiennage.
    C'est désormais chose faite pour l'hygiène alors que pour la restauration l'appel d'offre relatif au choix du prestataire privé est en cours de finalisation.
    Concernant le personnel, près de 200 médecins et paramédicaux ont rejoint l'hôpital. Parmi eux, figurent les employés qui avaient été mutés dans d'autres services en attendant la construction des nouvelles bâtisses. A ceux-ci, se sont ajoutés des fonctionnaires directement affectés par le MSP. Le personnel paramédical risque toutefois d'être insuffisant, est il indiqué.

    La santé et la régionalisation


    LE thème de la régionalisation préoccupe les professionnels de la santé publique aussi. Après celles tenues au mois de juillet dernier, deux autres journées d'études sur «la régionalisation des services de santé et la stratégie sectorielle ont été organisées par le MSP, les 11 et 12 septembre dernier. Le bilan des ces rencontres reste pour l'heure très vague. Sur la base des propositions et des suggestions des intervenants, un premier document, prévu pour les prochaines semaines, doit en principe permettre de définir «ce que devraut être la région sanitaire».

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc