×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Mosquées: La télédiffusion enclenchée

Par L'Economiste | Edition N°:2301 Le 20/06/2006 | Partager

. Le Souverain a donné le coup d’envoi hier à Rabat. Un investissement global de 11 millions de DH. Gold Vision décroche le marchéC’est fait. Les mosquées sont non seulement branchées à la télé mais émettent depuis hier. Le lancement de cette opération nationale de télédiffusion, qui s’inscrit dans la réforme du champ religieux et des lieux de culte, a été donné hier lundi par le Souverain à la mosquée Ahl Fès du Méchouar Assaïd. Dans une allocution enregistrée du ministre des Habous, Ahmed Taoufiq a précisé l’objectif de ce programme: «promouvoir la prédication, l’orientation et la formation dans les mosquées et rendre accessible la parole des ouléma au sein des mosquées qui sont le lieu légal de la prédication». Contacté par L’Economiste, Abdelaziz Darwish, responsable de la Direction des Mosquées, précise que ce sont des programmes conçus exclusivement pour les mosquées et qui seront codés. C’est techniquement bien verrouillé pour éviter tout risque de dérapage. La retransmission des programmes est assurée par la chaîne Mohammed VI du Saint Coran. Les équipements au sein des mosquées n’interceptent aucune autre fréquence à part celle de ladite chaîne.De l’avis de Darwish, l’intérêt est d’assurer la prédication et la généralisation de cours de sensibilisation religieuse et d’encadrement au profit des préposés imams, muezzins, prédicateurs. Le détail de ce programme destiné aux mosquées s’articule autour de quatre volets: l’exégèse coranique, l’explication des hadiths prophétiques, l’éthique et l’enseignement des principes des «Ibadates».Autre objectif, la promotion d’un discours religieux unifié et modéré de manière à généraliser les cours de prédication et pallier toute forme de dérive. La plupart des leçons seront diffusées en darija. Un passage à l’amazigh est prévu dès 2007. Les concepteurs de ce programme ambitionnent également, dans un second temps, d’en faire une plate-forme pour l’alphabétisation, surtout dans le monde rural et les régions enclavées. Les équipements devront servir d’outils de formation pour les imams. A noter que pour 38.000 mosquées au Maroc, il n’existe que 747 prédicateurs et prédicatrices présents uniquement dans les villes et dont la plupart n’interviennent que deux fois par semaine. D’où un important déficit en coordination.Forts de ce nouveau programme audiovisuel exclusif, les futurs pèlerins seront aussi invités à se rendre aux mosquées de leur préfecture, les communes rurales et urbaines pour une meilleure initiation, un encadrement et une sensibilisation au rituel du pèlerinage. Au total, ce programme de télédiffusion a bénéficié à 2.000 mosquées représentant l’ensemble des lieux de culte du Royaume. Il sera assuré par 2.000 imams et muezzins sous l’égide des délégations du ministère des Habous et des Affaires islamiques.Les équipements comprennent des téléviseurs, des récepteurs-décodeurs et des antennes paraboliques. . 5,5 millions de DH de frais de fonctionnement/anLe tout pour un budget de 11 millions de DH auxquels viendront s’ajouter quelque 5,5 millions de DH de frais de fonctionnement par année. Et c’est la société Gold Vision qui a été l’heureux adjudicataire de ce marché, après une procédure d’appel d’offres. Géographiquement, 1.073 postes ont été installés en milieu urbain, 900 en milieu rural et 27 dans des établissements pénitenciers. Par région, c’est Souss-Massa-Draâ qui arrive en premier avec 267 postes installés, suivie de Marrakech-Tensift-El Haouz (255) et Tanger-Tétouan (217). «Une possibilité d’extension est programmée. Et ce, dès la disponibilité de l’équipement», apprend-on du ministère des Habous et Affaires islamiques. A Casablanca, L’Economiste a assisté, hier, au lancement de cette opération dans une mosquée de la préfecture d’Anfa. La cérémonie a eu lieu en présence du wali et du gouverneur de Casa-Anfa avec près de 115 imams relevant de cette préfecture, à la mosquée El Atiq dans l’ancienne médina, l’une des plus anciennes mosquées de la métropole puisqu’elle a été construite à la fin du XVIIIe siècle. Selon l’imam de cette mosquée, l’édifice existe depuis près de 226 ans.Pour une première diffusion, du moins à la mosquée El Atiq à Casablanca, la qualité n’est pas encore au top puisque la sonorisation était un peu parasitée et l’image un tantinet floue. Les téléspectateurs, pratiquement tous des imams quinquagénaires, voire sexagénaires, avaient du mal à suivre le lancement. «Normal, ce n’est pas l’Intérieur qui supervise. Si c’était nous, ça aurait été nickel», lâche un fonctionnaire, l’air désabusé, qui s’est déplacé pour la circonstance.Des exemplaires d’un ouvrage intitulé «Le guide de l’imam, du prêcheur et du prédicateur» ont été distribués aux différents imams invités. C’est un ouvrage de référence édité par la tutelle et approuvé par le Conseil supérieur des Ouléma. Ce vade-mecum retrace les fondements et les orientations qui régissent les rapports au sein des mosquées, le rôle de l’imam et du prédicateur selon le rite malékite. Le guide de l’imam a pour objectif de clarifier les rôles de chaque intervenant au sein des lieux de culte, garantir la sérénité et la quiétude dans les lieux de prière et rapprocher, voire unifier les avis des imams dans un esprit modéré.Amin RBOUB & Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc