×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Microsoft Afrique du Nord s'agrandit

    Par L'Economiste | Edition N°:307 Le 04/12/1997 | Partager

    Microsoft Afrique du Nord s'étend désormais à l'Afrique de l'Ouest. Elle englobe 23 pays en majorité francophones. L'avantage est de tirer profit des économies d'échelle. Mais le grand fléau reste le piratage.


    Microsoft Corporation a décidé de regrouper ses sous-régions Afrique du Nord et Afrique de l'Ouest sous une même entité basée à Casablanca. Cette entité baptisée Microsoft Afrique du Nord et de l'Ouest a sous sa coupe 23 pays en grande majorité francophones. Deux filiales se partagent le marché, une à Casablanca dirigée par M. Karim Radi Benjelloun et une autre à Abidjan dirigée par M. Jacques Blanc. Cette dernière est opérationnelle depuis un peu moins d'une année. La direction des deux structures est assurée par M. Ahmed Chami. Le groupe a en commun le support directionnel, le service marketing, le conseil et le volet financier.

    «L'investissement profite néanmoins au Maroc en termes d'export de services et d'image», précise M. Ahmed Chami. Le choix du Maroc s'explique par une double raison: l'existence d'une base et, d'autre part, des considérations géographiques, le pays étant situé dans un carrefour stratégique.
    Le regroupement tient compte de la langue: le français, à l'exception du Nigeria qui est un pays anglophone. Mais il prend également en considération le niveau de développement des pays.
    Bien que cette région ne représente qu'une infime partie dans le marché global de Microsoft Corporation, il existe un potentiel certain. Selon les dirigeants, c'est une région qui a un taux du croissance important. L'année dernière, le plus fort taux était réalisé par la région Afrique-Méditerranée-Moyen-Orient. A côté de cela, il y a des pays dans la région à grand potentiel de développement tels que le Nigeria, mais qui jusqu'ici n'ont vraiment pas pesé dans la balance.
    La réorganisation s'imposait pour optimiser le partage des ressources. Le regroupement permet ainsi de minimiser les coûts de structure, l'objectif étant de devenir plus productif et plus efficace.

    D'ailleurs, dans sa nouvelle stratégie, la priorité ira au développement des potentialités de ces pays. Au niveau local, l'accent est mis sur les PME/PMI pour l'introduction de nouvelles technologies.
    Mais, le grand fléau au Maroc reste le piratage de logiciel. «Sur 10 produits vendus 9 sont piratés», diagnostique M. Chami. Au niveau de la région, le Maroc détient d'ailleurs le triste record de 90% suivi de l'Egypte avec 88%. En dépit de la baisse des prix des logiciels, le piratage se poursuit à grande échelle. Fait marquant, «plus le produit est important et moins il est piraté», indique-t-il.
    Conséquence du piratage, il ne peut y avoir ainsi de développement d'industrie locale. Si le géant continue de développer des logiciels pour la région, «c'est que d'autres pays supportent cet investissement», affirme M. Chami. Le piratage dissuade les investisseurs étrangers. En témoigne, le choix d'Oracle de s'implanter en Tunisie, alors que le Maroc avait été le premier à figurer sur la liste.

    Autre conséquence, la décision a été prise par la maison mère de supprimer l'adaptation du logiciel en langue arabe pour cette région.
    Un comité de suivi des technologies de l'information réfléchit sur les mesures à prendre.
    Pour lutter contre le piratage, Microsoft avait déjà lancé le programme Microsoft MOLP (Microsoft Open Licence Pack). Celui-ci répond aux besoins spécifiques des entreprises possédant plus de 50 micro-ordinateurs. L'entreprise dispose d'une autorisation de duplication pour les produits de son choix.

    Microsoft Casablanca


    Microsoft Afrique du Nord qui se trouve à Casablanca a été créée en septembre 1993. La filiale marocaine couvre la zone Maroc, Algérie, Tunisie et Mauritanie.
    Microsoft est le seul grand éditeur de logiciels présent au Maroc. Sa stratégie s'inscrit dans le cadre d'une politique internationale définie par Microsoft Corporation, à savoir la vente indirecte. La société dispose de deux grossistes, Distrisoft et Matel, et d'un large réseau de revendeurs commercialisant l'ensemble des produits Microsoft.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc