×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Mesures de sécurité exceptionnelles

    Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

    . Sur les routes et dans les aéroportsDes mesures de sécurité draconiennes ont été mises en place depuis deux jours par les autorités. Sur les routes, la présence des gendarmes a été renforcée et leur nombre augmenté. D’habitude, on n’en trouvait que deux au niveau de certains points des axes routiers principaux. Ils sont maintenant au moins cinq. En plus, des barrages ont été dressés aux entrées de nombreuses villes et localités. Les contrôles d’identité et des véhicules sont systématiques, même si cela ralentit sérieusement le trafic. Sur les grandes artères des villes, les patrouilles d’agents de la police et des Forces auxiliaires, à pied ou en voiture, ont été multipliées. On croit savoir que tous les congés ont été suspendus dans les services en charge de la sécurité. La présence des groupes urbains de sécurité (GUS) est très évidente. Leurs rondes sont plus fréquentes et bon nombre d’éléments font des patrouilles, à pied, non loin des édifices publics et des représentations consulaires et commerciales étrangères. Ils sont également déployés devant des commerces et supermarchés où la sécurité à été renforcée. A l’aéroport Mohammed V, le système de surveillance par caméra vidéo a subi d’importantes modifications et le nombre d’appareils multiplié. En outre, une fouille systématique a été instaurée aux différentes portes donnant sur le hall de départ. Tous les bagages sont passés au scanner à ce niveau et seuls les passagers ont accès à l’enceinte de l’aéroport. Ils doivent au préalable montrer leurs billets. Devant les grands hôtels, notamment à Casablanca, Marrakech et Agadir, la présence de services de sécurité est fortement remarquée. Les voitures garées à proximité sont systématiquement contrôlées. De même que les personnes désirant accéder aux établissements hôteliers. Des contrôles certes discrets, mais qui incommodent quand même la clientèle. Les hôteliers ont depuis quelque temps recours aux sociétés privées de gardiennage et de surveillance. Celles-ci ont été très sollicitées ces derniers jours, particulièrement après les attentats d’Aman (Jordanie) et l’annonce par les autorités marocaines du démantèlement d’un réseau terroriste en constitution. Auprès des autorités, on estime que ces mesures “sont normales même si elles donnent l’impression contraire”. Elles ne relèvent pourtant pas de “la routine”. Selon des sources proches des services de sécurité, ceux-ci seraient en état d’alerte. “C’est la moindre des choses que l’on doit faire après les menaces d’Al Qaïda”, confie un responsable. Jamal Eddine HERRADI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc