×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Méditel change de signature

    Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

    . Le groupe adopte le slogan «Pour mieux communiquer» . Le chiffre d’affaires a plus que doublé depuis 2001. Il se développe aujourd’hui auprès de quelque 3 millions de clientsLE management de Méditel a présenté, le 16 mai à Casablanca, le bilan économique et social de ses 5 premières années au Maroc. «Un parcours très satisfaisant», a déclaré de prime abord Miguel Menchen, le DG. Il annonce à l’occasion le changement de la signature de l’opérateur de «l’ère nouvelle» à «pour mieux communiquer». «Nous passons aujourd’hui de l’enfance à l’âge adulte», a-t-il souligné. Une façon de préparer l’avenir du groupe qui, selon le DG, se jouera encore autour de la candidature à la deuxième licence du fixe et celle des services de 3e génération. Et voilà que son management réaffirme que «le groupe s’engage à reproduire dans ces deux activités, les mêmes succès que dans le GSM».C’est une énième rencontre avec le monde des médias pour lui communiquer les dernières nouvelles de l’opérateur. Une tradition qui fait la force du groupe, dont le développement se joue également sur ces aspects de communication et de proximité avec son entourage immédiat. Plusieurs messages publicitaires, marquant les innovations de l’opérateur depuis 2000, ont été projetés. Cette année qui a connu l’introduction de la facturation à la seconde et 2001 qui a vu le parc clientèle dépasser le premier million. La même année a également vu le lancement de la recharge de 50 DH et le forfait plafonné avec options de blocage et recharge. Entre 2002 et 2003, Méditel a multiplié les promotions commerciales des packs «Médijahiz». Puis 2004 et 2005 sont les années de baisse des prix, lancement des méditéléboutiques et des produits et services comme le prépayé sans abonnement et «imédia».En présentant la vie de l’opérateur sur les 5 dernières années, Miguel Menchen, son DG, n’a pas manqué de rappeler que «Méditel a opéré dans des conditions très difficiles face à un opérateur puissant et quasi-détenu par l’Etat». Selon lui, «les ambitions du départ de Méditel pouvaient être aisément atteintes si le groupe n’avait pas été contraint de faire face, à de multiples reprises, à une concurrence des plus déloyales». Malgré cela, Méditel a pu graduellement développer ses activités et ramener son résultat négatif à 177 millions de DH en 2004. «Nous aurions pu afficher en réalité un bénéfice si ce n’est les importantes provisions sur pertes de change que nous avions constituées», a expliqué Miguel Menchen. Le chiffre d’affaires a varié de 1,65 milliard de DH à 3,59 milliards entre 2001 et 2004. Quant au parc clientèle, il est passé de 1,113 à 2,93 millions d’utilisateurs. Par ailleurs, le directeur général confirme que son groupe a beaucoup contribué à la baisse des prix des communications. Une évolution qui ne signifie nullement une baisse du régime du groupe, au contraire, elle a contribué à accélérer la croissance de ses revenus et de celle du secteur. Pour appuyer ce raisonnement, Miguel Menchen donne l’exemple d’une étude de la Business London School sur l’impact positif sur le PIB de l’amélioration du taux d’équipement et de pénétration de la téléphonie dans la population. Le DG de Méditel a également rappelé les investissements opérés par son groupe depuis 2000 pour moderniser ses équipements et garder le cap de l’innovation: 19 milliards de DH pour l’achat de la licence et les installations, 8 milliards pour développer le marché et 2 milliards en termes d’investissements d’ecosystème pour GSM.Cette année encore, Méditel va consentir un milliard d’investissements de plus pour installer 500 stations afin de renforcer la couverture du Royaume. Le groupe revendique déjà un taux de couverture de la population de 96% et une disponibilité du réseau de 99,5%. B.E.Y.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc