×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Médicaments: Augmentation des prix de 2%

Par L'Economiste | Edition N°:1471 Le 07/03/2003 | Partager

. Ce sont les produits fabriqués localement qui seront concernés par cette mesure. Depuis 1997, les prix des médicaments n'ont pas bougéLa hausse du prix des médicaments qui se prépare paraît somme toute modique: 2%. Pour le malade, la pilule risque tout de même d'être dure à avaler. En particulier pour une bonne part de la population qui ne bénéficie d'aucune couverture médicale. En tout cas, les professionnels et le département de la Santé se sont accordés sur le principe de cette revalorisation qui touchera les médicaments fabriqués localement. Ce qui représente tout de même plus de 80% de la production totale. Avant que la hausse ne devienne effective, il faudra attendre que la Commission interministérielle des prix donne son feu vert. Ce qui devrait être une simple formalité. Cette mesure est attendue depuis longtemps par les industriels. Depuis 1997, aucun relèvement des prix n'a été consenti. Les prix des médicaments au Maroc sont encadrés et les orientations politiques vont dans le sens de l'encouragement d'une baisse des prix pour certaines classes thérapeutiques. A rappeler qu'une suppression de la TVA a été accordée dans le cadre de la loi de Finances 1999-2000 à trois grandes familles de médicaments: les antiasthmatiques, antidiabétiques et appareils cardio-vasculaires. Si la réalité des prix et du marché ne joue pas c'est que les pouvoirs publics considèrent que le médicament en raison de sa particularité doit rester en dehors du champ de l'offre et de la demande, et ce même si certains laboratoires ont un autre point de vue. Et si les arguments qui plaident en faveur d'une hausse des prix sont multiples, la nouvelle mesure risque d'être impopulaire. Ce n'est sans doute pas le meilleur moyen de tordre le cou à la logique perverse du «plus je vends, plus je gagne«. Une logique qui découle en grande partie du système de rémunération en vigueur. Les pharmaciens sont en effet rémunérés par un système de marges dégressif, en pourcentage du prix des médicaments. Un système confortable, qui repose sur une entente entre fabricants, importateurs, grossistes et pharmaciens. Par ailleurs, la hausse intervient alors même que le secteur vient de clore un de ses meilleurs exercices. En 2002, le chiffre d'affaires global du secteur privé, hors hôpitaux et alimentation infantile, a dépassé en valeurs les 4,3 milliards de DH (prix grossistes) pour une production de 186,23 millions d'unités (données IMS). Le secteur a réalisé une progression de plus de 10%. La consommation demeure en revanche faible. Celle-ci ne dépasse pas 232 DH par habitant et par an.


Des chiffres

Le secteur de l'industrie pharmaceutique compte 26 unités opérationnelles et emploie directement 6.500 personnes. L'emploi indirect est estimé à 30.000 postes. Les investissements du secteur enregistrent une forte croissance. Ils sont passés de 25 à 100 millions de DH entre 1985 et 1990. Ces investissements ont progressé de 300 millions de DH entre 1998 et 2002. Près de 80% des recettes du secteur de l'industrie pharmaceutique sont réalisés sur le marché local, alors que 10% le sont auprès du secteur public et 10% à l'export. Parmi les pays acheteurs, figure la région de l'UMA avec 73 millions de DH (ww.leconomiste .com). Les importations qui couvrent 20% des besoins proviennent d'Europe. K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc