×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

M'diq: Intégration dans un schéma directeur touristique

Par L'Economiste | Edition N°:2349 Le 29/08/2006 | Partager

. Corniche, promenades et voies piétonnes dans le centre . Plan de circulation et restructuration des quartiers insalubres…. Les habitants fortement impliquésM’diq relookée se constitue à grands pas une identité distinctive. Sa physionomie s’est transformée comme le constatent les visiteurs. Aujourd’hui, M’diq n’est plus simplement une étape de passage. Elle est devenue une destination à part entière pour de nombreux estivants. Cette année, ils ont été quelque 250.000 à venir y passer leurs vacances. L’année dernière à la même période, ils ont été seulement 180.000, indique Mohamed Ouled Hammou, président de la commune urbaine de M’diq. Plusieurs projets structurants ont permis la mise à niveau de la ville. Les visiteurs sont heureux de découvrir la toute nouvelle promenade le long de la plage avec ses lampadaires et ses espaces fleuris. Le président est particulièrement fier de la corniche qui s’étend sur 11 hectares à partir du mausolée de «Sabaâto Rijal». Le conseil municipal et la société civile ont bataillé dur contre des promoteurs immobiliers et l’administration des domaines. Les objectifs des propriétaires étaient de construire des immeubles le long de la corniche, dit Ouled Hammou. Les habitants s’étaient mobilisés et ont organisé manifestations et sit-in contre ce qu’ils considérent comme des constructions anarchiques. Le conseil municipal a eu recours aux tribunaux administratifs et aux expropriations pour dégager les terrains situés dans des zones touristiques. Pour leur acquisition, l’administration a déboursé 8 millions de DH. Alors que les aménagements et le relookage ont nécessité des investissements de l’ordre de 20 millions de DH financés par le ministère de l’Intérieur et par l’Agence du développement des préfectures et provinces du nord. La construction par un investisseur privé d’un aquarium près de la corniche est en cours d’étude. Une structure qui ajoutera à la beauté du site. Le doublement de la traversée de M’diq est une autre réalisation d’envergure. Elle permettra de faciliter la circulation et d’éviter les encombrements lors du passage des MRE. L’opération a coûté 27 millions de DH dont le financement a été supporté par le ministère de l’Equipement, la préfecture et la municipalité. Par ailleurs, il a été procédé à l’aménagement d’une voie de contournement sur quatre kilomètres avec trois passages souterrains pour les véhicules et trois autres pour les piétons. Ces dernières réalisations ont coûté 7,5 millions de DH. L’embellissement du centre de M’diq a également été une priorité pour les responsables. Cette partie de la ville connaît des activités commerciales intenses notamment pendant la saison estivale. Au centre de la ville, des passages piétons ont été aménagés avec des esplanades richement ornementées en jeux de lumière et en fontaines. Des investissements supplémentaires qui ont coûté à la ville 5 millions de DH. Les espaces et les allées ont été construits en pierre «tafazza», un matériau local unique en son genre et que les artisans trouvent dans la région montagneuse de Zemzeme. «La “tafazza” a contribué à la création de nombreuses activités économiques dans la région montagneuse avoisinante», dit Ouled Hammou. Aujourd’hui, les artisans qui travaillent ce matériau sont fortement sollicités pour la construction de villas et de projets touristiques. Ils ne travaillent plus désormais à moins de 200 DH le m2.Le ravalement des façades des locaux et des maisons a aussi participé à la consécration de l’identité architecturale et visuelle de la ville, confie le président. Le conseil communal s’est également penché sur l’harmonisation de l’urbanisation. Il en est ainsi de la restructuration des habitations insalubres du quartier Al Kalaâ qui s’étend sur une superficie de 35 ha et qui a nécessité une enveloppe budgétaire de l’ordre de 70 millions de DH. D’autres projets sont en cours pour les quartiers non réglementaires. Le gouverneur de la province M’diq-Fnideq a beaucoup contribué à la mise à niveau de la ville, tient à souligner le président de la commune.


Hausse du foncier

Le prix du foncier dans la ville de M’diq a fortement augmenté durant cette année. Des propriétaires qui voulaient vendre se sont rétractés après s’être découvert un attachement pour la cité touristique et se sont remis à ravaler et embellir leur maison. Une forte demande sur les maisons et propriétés immobilières existe actuellement. Le plan d’aménagement de la ville ainsi que le plan touristique du littoral sont en cours d’approbation. Il en est de même du plan de circulation et de transport urbain. La propreté de la plage et de la corniche est assurée par les agents de la Promotion nationale qui s’activent de jour comme de nuit. M. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc