×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marrakech/Tourisme
Les opérateurs redoutent le décrochage

Par L'Economiste | Edition N°:2741 Le 25/03/2008 | Partager

. Fin de l’euphorie, particulièrement sur le marché français. Les professionnels contraints à la révision des prix. Les destinations concurrentes gagnent du terrain Les chiffres des trois premiers mois de l’année le confirment. Après une croissance ininterrompue de quatre ans, la demande des séjours touristiques vers Marrakech enregistre un reflux qui alarme les opérateurs hôteliers. Les analystes y voient l’incidence d’une érosion du pouvoir d’achat en Europe, l’apparition de nouvelles techniques de vente, sans oublier la sérieuse concurrence des autres destinations. En effet, la concurrence vient de toutes les destinations situées à proximité des capitales européennes. Et les nouveaux clients font désormais leur emplettes sur le web pour payer moins cher. Or, en dehors des maisons d’hôtes et de quelques hôtels, Marrakech est quasi absente sur la toile. Mais l’analyse des professionnels marocains du tourisme va encore plus loin. Pour ces derniers, la baisse de la demande touristique vers le Royaume remonte à un an déjà. Insuffisance de communication, déficit d’aérien, arrivée des low-cost (qui ne profitent pas à la destination)... plusieurs paramètres sont avancés par ces analystes. Autre phénomène, induit cette fois-ci par le succès de Marrakech et qui s’est traduit directement dans les registres des réservations de l’hôtellerie, l’apparition des résidences secondaires et tertiaires dont les acquéreurs sont des Européens. «Dans le tourisme, il faut se garder de tout triomphalisme car des destinations jadis en difficulté réalisent un come-back avec des prix imbattables», commente ce professionnel. En d’autres termes, professionnels et institutionnels ont dormi sur leurs lauriers depuis 4 ans. Résultat: une baisse qui est aujourd’hui quasi générale et n’épargne aucun marché, y compris les grands pourvoyeurs de touristes vers le Maroc, comme le marché français. Pourtant, les TO français opérant sur le Maroc et principalement sur Marrakech ont tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises, au cours de ces derniers mois. Leurs craintes sont aujourd’hui confirmées. Pour les plus chanceux, les chutes sont de 15% sur le tour-operating durant le premier trimestre 2008. Pour d’autres, les baisses ont dépassé le seuil de 20%.Pour ses prévisions, le voyagiste toulousain Fram s’attend à de meilleurs résultats au cours du deuxième trimestre qui coïncide avec la haute saison de Marrakech et les vacances de Pâques. «On ne pourra toutefois pas compenser les baisses enregistrées depuis l’hiver 2007», note Jean Jacques Bouchet. Malgré tous ces indicateurs, les professionnels locaux continuent à travailler «au pifomètre». «Nul ne peut réellement expliquer ce recul sans étude», martèle Abdellatif Kabbaj, président du conseil régional de Marrakech. Pour lui, il n’y a pas mille recettes. «Il faut revoir les budgets de communication sur l’Hexagone, notamment ceux consacrés à la destination de Marrakech». De fait, sur ce volet, les professionnels de la cité ocre sont assez frileux. Aujourd’hui, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) veut rectifier le tir. Ce dernier, qui consacre 5 millions d’euros (un peu plus de 55 millions de DH) à la promo, a promis de revoir à la hausse cette mise.Cependant, le repli ne concerne pas uniquement la France, mais d’autres marchés bien que les causes soient différentes. En effet, ce n’est pas rose non plus du côté du marché britannique qui nous a habitués, ces derniers temps, à de fortes progressions. Les chutes sont estimées à plus de 15% sur la Grande-Bretagne. Le dédoublement de la taxe ADP (Airport Duty passager) décidé par le gouvernement britannique pour les vols vers des pays non-européens a créé quelques changements au niveau de l’offre aérienne low-cost à partir de la Grande île. Par ailleurs, la restructuration de l’industrie touristique britannique avec la fusion des grands TO (Tui First Choice et Thomas Cook) nécessite de nouveaux partenariats sur ce marché.. Relooker le produit En somme, si derrière ces baisses, des facteurs exogènes notamment pour le marché européen ont précipité les baisses, il existe aussi des raisons intrinsèques. Pour Bouchet, Marrakech n’a plus le monopole sur la qualité des prestations. Des destinations autrefois sinistrées, comme l’Égypte et la Turquie, ont repris du poil de la bête avec un rapport qualité égal au produit de Marrakech et à des tarifs plus compétitifs.Marrakech se doit de rendre ses packages plus attractifs et clarifier son positionnement. «Elle a plus que jamais besoin d’un plan de développement touristique régional. Plan qui tarde à voir le jour», reproche ce professionnel. La ville devra aussi gagner en visibilité sur les ventes en ligne. «En effet, 20% à peine des hôtels ont intégré cette nouvelle donne», déplore cet expert. Enfin, comme à chaque crise, il faudra multiplier les campagnes promotionnelles. Face à cette conjoncture, les professionnels de Marrakech ont décidé de geler leur prix pour 2008 et d’augmenter le budget consacré aux actions promotionnelles.«Mais il ne faut pas se leurrer. Les fruits de ces actions ne seront ressentis qu’en 2009. Pour l’heure, il s’agit d’arrêter l’hémorragie», conclut Redouane Reghay, de l’Office du tourisme.


Le détail du plan local

Près de 14 millions de DH seront consacrés cette année à la promotion touristique de Marrakech. C’est ce qui a été convenu entre l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et le Conseil régional de tourisme de Marrakech. Ce budget qui vient d’être bouclé est pris en charge à parts égales par les deux entités. La dotation de l’Office s’inscrit dans le cadre du programme d’appui des CRT dans leurs actions de promotion de la destination. Une grande partie sera donc consacrée à des éductours et des workshops avec des opérations ponctuelles comme les semaines culturelles de Marrakech à Marseille et Lyon. La capitale du tourisme national envisage aussi de faire le forcing pour attirer des manifestations d’envergure internationale. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc