×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech/Projet Assoufid
Les premières clés livrées début 2009

Par L'Economiste | Edition N°:2737 Le 18/03/2008 | Partager

. Des villas jusqu’à 30 millions de DH. Les acquéreurs, essentiellement des étrangers . Un hôtel Rocco Fort, un 18 trous et une académie de golf au programme80 hectares consacrés à un golf qui porte la signature Niall Cameron, une académie de golf, un hôtel de luxe sur 12 ha et 80 villas. Ce sont les principales composantes du projet Assoufid. Projet présenté au Souverain lors de sa dernière visite à Marrakech (www.leconomiste.com). Il est sis sur 222 ha, dans le douar d’Assoufid (commune Saada) du côté de M’Hamid avec une densité de 4%. En effet, l’établissement hôtelier lui-même n’offrira que 96 clefs et les villas occupent un espace jusqu’à 2 ha par résidence. «Nous sommes en dessous de ce qui est autorisé pour la construction. C’est un choix délibéré et qualitatif», précise Paul-Eric Jarry, président d’Assoufid Space & Excellence. «Dans le luxe, poursuit-il, l’espace devient une composante importante et un argument de différenciation.» Visiblement, les prix aussi. Ici, les villas sont mises en vente à partir d’un million d’euros (10 millions de DH). Les plus grandes sont dotés d’espaces de 19.000 m2 (1.000 m2 construits) et sont vendues à 30 millions de DH. Le promoteur, qui a démarré la commercialisation sans grand tapage, en a déjà vendu une vingtaine. La plupart des acquéreurs sont des Britanniques, des Danois, des Français et, fait nouveau, des Chinois. Des prestations à la carte sont proposées aux acheteurs. «Certaines résidences, tout en respectant le schéma initial, sont réalisées sur mesure, selon les besoins et les lubies des acquéreurs.» Il en est ainsi des villas avec ascenseur ou encore celles dotées de piscines chauffées, de salles de fitness… Le promoteur compte d’ailleurs livrer la première tranche des résidences immobilières au tout début 2009. La deuxième tranche pourrait être bouclée en même temps que l’unité hôtelière en 2010. Cette dernière, qui se positionne dans le luxe, sera composée de suites de 60 m2 avec spa dans un style «très loin du tape-à-l’œil», tient-on à souligner. C’est l’enseigne british Rocco Forte (le Brown à Londres, le Rome, l’Amigos…) qui se chargera de la gestion de l’établissement. L’hôtel de Marrakech sera d’ailleurs sa première prestation internationale en dehors de l’Europe. A Marrakech, l’établissement est construit au milieu d’une oliveraie de dix hectares, face au parcours de golf avec trois palais indépendants au design très contemporain, mêlant matériaux traditionnels et technologie.«Nous avons pris du temps avant de choisir l’enseigne qui nous accompagnera parce que nous voulions un cadre d’exclusivité pour l’établissement, à l’instar de ce qui est fait pour nos résidences», confie Jarry.De fait, les premiers travaux pour l’établissement viennent à peine d’être lancés. En revanche, ceux du 18 trous avancent plutôt bien. L’ouverture de ce green est prévue pour l’automne 2008. «Le golf (80 ha) a été posé sur un relief naturel avec une vue imprenable sur la ville et ses montagnes et n’ouvrira ses portes que lorsque le gazon aura bien poussé», indique le président d’Assoufid.Pour le reste du programme, 80% des infrastructures du programme immobilier seront aussi en micro-irrigation, rétorquent fièrement les responsables du projet. Les besoins en eau pour la totalité du projet seront également assurés via son raccordement au canal de l’Office national de l’eau potable (Onep) du Haouz et par forages. «La problématique de l’eau posée par les projets golfiques est exagérée», insiste Jarry. Pour lui, bien au contraire, plus les projets se développeront, plus ils permettront de cultiver la terre. «En traitant les terres sur lesquelles est bâti le complexe, nous avons dû enlever plusieurs couches de calcaire, probablement présentes sur les terrains mitoyens.»Rappelons que le projet Assoufid est l’un des premiers à avoir conclu une convention avec le gouvernement marocain pour un montant d’investissement dépassant 1,7 milliard de DH. Depuis la signature de l’accord avec le gouvernement en octobre 2005, le promoteur a eu à régler le problème du foncier, un ensemble de terres privées et de coopératives-dont certaines étaient inexploitées, mais ne pouvaient être cédées qu’à l’Etat. Il aura fallu 3 ans et une mobilisation totale des autorités locales et des ministères de tutelle pour régler administrativement la procédure foncière. De notre correspondante, Badra Berrissoule

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc