×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/enfants trisomiques: Malaika ouvre ses portes

    Par L'Economiste | Edition N°:3512 Le 20/04/2011 | Partager
    Un centre de prise en charge pour 60 enfants
    5 classes et un programme de guidance des parents
    Lion's, MEN, CHU, ministère de la Famille, partenaires

    Malaika aura besoin de 800.000 DH par an. Ses fondateurs comptent sur la formule de parrainage pour son fonctionnement

    Le centre Malaika est opérationnel. Cet espace dédié à l’éducation des enfants trisomiques vient d’être inauguré officiellement. Sis à l’école primaire Sidi Belabbas à Daoudiat, il prend en charge 60 enfants porteurs de la trisomie 21.
    Et c’est le Lion's club (cf. www.leconomiste.com) qui est le porteur de ce projet. Il a pu voir le jour en moins de 8 mois avec le soutien de partenaires privés ainsi que le MEN, le CHU, le ministère de la Famille, du développement social et de la solidarité. Nouzha Skalli a tenu d’ailleurs à inaugurer ce premier centre de Marrakech. Son département, selon elle, a déjà soutenu 64 autres centres pour un montant total de 15 millions de DH de subvention. Ces centres profitent aujourd’hui à 2.000 enfants issus de familles nécessiteuses. Et bonne nouvelle pour les parents et les enfants handicapés. Un fonds dédié à la promotion des droits des enfants aux besoins spécifiques est en cours de projet.
    C’est dans un pavillon de l’école primaire Sidi Belabbas qu’un espace de 1.200 m2 composé de 5 classes et un terrain de sport a été construit pour accueillir les enfants trisomiques de Marrakech et de sa région. Objectif: prise en charge psychopédagogique en vue de favoriser leur intégration sociale et scolaire, et professionnelle ensuite. Ce qui nécessite un budget de fonctionnement annuel de 800.000 DH. Le Lion's qui gère cet établissement espère en créer d’autres à Marrakech d’abord et dans d’autres régions ensuite. Il préconise pour son fonctionnement la formule de parrainage où un parrain ou une marraine peuvent accompagner un enfant tout au long de cette période d’apprentissage.
    Le centre opère d’ailleurs avec trois prises en charge. L’action précoce avec un programme qui s’adresse aux enfants dont l’âge oscille entre 3 mois et 4 ans. Plus concrètement, Malaika va exercer une guidance des familles dans les soins et l’éducation spécialisée requis par l’état de l’enfant. Malaika les accueille avec une fréquence d’une séance par semaine et par enfant où interviendront psychologue, psychomotricien ainsi qu’orthophoniste. Le centre prévoit également leur scolarisation à partir de l’année prochaine dans des classes à effectif réduit de 8 à 10 avec un éducateur spécialisé qui leur apprendra à lire et à écrire, explique Dr Darya Mazdaoui, pharmacienne et membre du Lion's. La deuxième prise en charge concerne les enfants plus âgés (5 à 6 ans). Et un autre programme est dédié aux plus vieux (6 à 8 ans) avec une éducation spécialisée et des formations. Pris en charge plus tôt, un enfant trisomique pourra atteindre une autonomie vestimentaire, alimentaire, parler «normalement», et suivre une scolarisation. «Tout dépend des parents et de l’âge de cette prise en charge», insiste Mounira Sedrati du Lion's. C’est aussi ce message que souhaite transmettre ce centre. Un message d’espoir.

    De notre correspondante,
    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc