×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Marrakech: L'USAID met le cap sur la formation des élus

Par L'Economiste | Edition N°:1628 Le 22/10/2003 | Partager

. Planification stratégique, recherche de fonds… quelques axes de la formation. L'idée est ambitieuse pour des élus dont certains ont à peine le certificat d'études Les nouveaux présidents de communes et élus ont bénéficié d'une formation de 2 jours (lundi, mardi). Un atelier de travail a été consacré à une cinquantaine de nouveaux élus de la région de Marrakech, Doukala, Tadla et Azilal. La formation est organisée à l'initiative de l'USAID et la direction des collectivités locales (ministère de l'Intérieur). L'objectif final est d'offrir aux représentants marocains des outils pour aborder la planification stratégique dans la gestion territoriale. Calquée sur un modèle d'entreprise, l'idée peut paraître ambitieuse pour une communauté des élus dont certains ont à peine le niveau du certificat d'études.Pédagogique avec exercices à l'appui, l'atelier s'est attaqué d'abord au principe de changement de mentalité et de comportement que doit revêtir désormais la collectivité locale. “Il faut savoir qu'une bonne gouvernance de la Commune dépend d'une chaîne de trois maillons liés les uns aux autres. Il faut une volonté institutionnelle, un engagement des pouvoirs publics et une adaptation des mentalités à ces changements”, explique Madani Mountasser, un des formateurs. Un chantier vaste et qui nécessite beaucoup de temps, commentent les élus. Car si les deux premiers maillons sont acquis, le troisième ne dépend pas uniquement des élus. Le grand volet de cet atelier sera certainement celui de la mise en place d'un plan d'action, le suivre et l'ajuster en fonction de nouvelles données. Comme pour toute planification, les démarches recommandées seront, après le soutien de l'ensemble des membres, la constitution d'une équipe restreinte pour mener à bien le ou les projets. La structure de pilotage devra être permanente mais pas forcément rigide. “Dans un souci d'efficacité, il est recommandé de se concentrer sur un nombre raisonnable d'objectifs et de privilégier des objectifs stratégiques liés aux attributions de la collectivité locale”, insistent les formateurs. Au niveau de la programmation budgétaire, il sera question de marketing et recherche de fonds en parallèle aux prévisions de recettes. Les besoins de la collectivité locale en infrastructures dépassent largement ses recettes. Souvent, la plus peuplée des communes est aussi la plus pauvre.


Le PNUD aussi

Le programme de l'USAID et la direction des collectivités locales a démarré, il y a un an déjà, avec plusieurs ateliers organisés dans plusieurs régions. Il s'agit de former des élus mais aussi des fonctionnaires des collectivités locales. Cette année de travail a vu naître un guide pratique de planification stratégique participative. Il sera approfondi et adapté à chaque étape de ce programme de formation. Rappelons qu'un autre organisme international, le PNUD, a lui aussi programmé, dans le cadre d'Agenda 21, la formation des élus à la bonne gouvernance.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc