×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marrakech: La Cité de l’innovation prend forme

Par L'Economiste | Edition N°:3404 Le 12/11/2010 | Partager

. Elle sera opérationnelle en 2013. Un incubateur d’entreprise avec 12 projets en cours La Cité de l’innovation de Marrakech, projet en cours de validation, a déjà de solides appuis. Elle pourra en effet bénéficier des compétences de l’incubateur (INMA) de l’université Cadi Ayyad mis en place en 2001. Depuis son lancement, il a accompagné trois projets jusqu’à leurs phases finales avec la création d’entreprises et deux autres jusqu’au dépôt de brevets. «Deux recherches ont permis, en effet, d’aboutir à des brevets de mucilage du cactus et des souches bactériologiques dont les propriétés pourraient intéresser des laboratoires pharmaceutiques», indique M’barek Benchanaa, directeur de l’INMA. En cours, une douzaine de projets portés par des doctorants des facultés de Marrakech et de Safi. Dès son lancement, l’incubateur avait comme idée de base de créer une structure capable de faire avancer la recherche, tout en capitalisant sur les compétences des chercheurs universitaires. C’est aussi l’idée de la Cité de l’innovation qui permettra, entre autres, la valorisation de la recherche en s’appuyant sur des entreprises. Elle va se décliner en 4 composantes: une association professionnelle, un parc scientifique, une structure de valorisation et services et une autre de gestion et d’animation. La Cité de l’innovation de Marrakech devrait voir le jour d’ici trois ans. Une fois le projet validé par les trois partenaires, à savoir le ministère de l’Enseignement supérieur dans le cadre du plan d’urgence, le ministère de l’Industrie et des nouvelles technologies et les élus à travers le conseil municipal et le conseil régional. L’objectif final est de renforcer la compétitivité des entreprises à l’international par le biais de l’innovation en rendant la région productrice de technologies grâce aux capacités de R&D des universités marocaines. «L’ambition de construire un pôle scientifique et technologique favorable à l’essaimage de la culture de l’innovation demeure au cœur de cette cité», indique-t-on auprès de l’université Cadi Ayyad. Rappelons que les Cités de l’innovation ont été identifiées comme outil pouvant accompagner l’initiative Maroc Innovation. Elles comprendront des services communs pour la gestion des brevets, des services de veille, des incubateurs ainsi que des pépinières. A Marrakech, une partie a déjà été initiée par l’université Cadi Ayyad à travers l’INMA et d’autres départements dédiés à la recherche et développement (l’université de Marrakech est parmi les plus actives dans ce domaine), et l’interface UCAM-entreprises.


Fonctionnement

L’incubateur universitaire (INMA) de l’université Cadi Ayyad fonctionne déjà sous forme d’un pôle universitaire de valorisation, insiste son directeur, le professeur M’barek Benchanaa. Développé au sein de la faculté de Semlalia en 2001, il a été coopté par l’université. Toute une équipe d’animation et d’experts, qui interviennent dans l’accompagnement tertiaire, lui est dédiée aujourd’hui. Il bénéficie en outre de la collaboration de plusieurs partenaires dont le réseau marocain d’incubation essaimage, le centre national de recherches scientifique et technique, mais aussi des industriels locaux comme les miniers et les laboratoires de recherches. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc