×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech: «La Bohème» pleure Jean Lefebvre

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. Avant sa mort, le comédien préparait une pièce au Théâtre royal de la villeLa Bohème pleure son propriétaire. Non, il ne s’agit pas de la chanson de Charles Aznavour, mais du restaurant que le comédien Jean Lefebvre a créé en septembre 2003, juste après la dernière édition du festival du cinéma à Marrakech. Et c’est à Marrakech que l’artiste français, l’un des acteurs comiques les plus populaires, est décédé d’une crise cardiaque, alors que sa dernière épouse Brigitte (il en a eu quatre), ancienne reine de beauté de Basse-Normandie, était à Paris. Lefebvre aimait tellement la ville ocre qu’il y a élu domicile, il y a trois ans maintenant, et a repris un de ses restaurants et en a fait un lieu visité par plusieurs célébrités comme Halliday ou encore Brasseur. A plus de 84 ans, cet acteur était encore très dynamique et croyait en ses projets. Juste avant son décès, le comédien se préparait à jouer sa pièce au Théâtre royal de Marrakech. “Dans la vie il était, comme à l’écran, drôle, toujours le mot pour rire, gentil avec le personnel et son entourage”, d’après le directeur de La Bohème, Majid Amal. Il était aussi joueur et a perdu des fortunes dans les jeux et en a gagné d’autres. Selon Majid Amal, Lefebvre assistait à l’ouverture tous les soirs et préparait lui-même les spectacles qui y étaient donnés tous les mois.L’acteur, au visage en lame de couteau et aux paupières tombantes, était connu notamment pour le personnage qu’il incarnait dans “Les tontons flingueurs” de Georges Lautner. Sa filmographie est plus nombreuse (130 films). Rien ne destinait ce fils de maréchal-ferrant, né le 3 octobre 1919 à Valenciennes, dans le nord de la France, à une carrière de comédien, lui qui voulait au départ chanter. Il change de direction et débute dans la comédie au cabaret de L’Amiral, à Paris, où il joue le numéro de soûlographie des “Vignes du Seigneur”. Il part ensuite à New York où il se produit dans “La plume de ma tante”, revue à sketches de Robert Dhery. De retour en France, Jean Lefebvre apparaît au théâtre dans des comédies à succès telles que “Je veux voir Mioussov”, “Qui est qui”.A partir de 1951, il se spécialise dans les rôles de benêt et rêveur dans des grands succès du cinéma populaire français. Sa carrière sera riche en films qui ont contribué à sa célébrité. Certains n’étaient pas bons, de série B et de qualité médiocre. Jean Lefebvre gardait peu d’illusions sur la valeur artistique de ses prestations. “J’ai dû faire suffisamment de navets pour en faire un vrai potager”, plaisantait-il. . Lefebvre:Il aimait tellement la ville ocre qu’il y a élu domicile, il y a trois ansDe notre correspondante,Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc