×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Marrakech-Casa: Une nouvelle ligne aérienne en discussion

    Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

    . Une navette toutes les deux heures prévue. Réduction du temps d’attente des clients . La capacité de l’aéroport Menara est-elle suffisante? UNE simple rumeur? Pas tant que cela puisque les autorités locales annoncent que des négociations pour la mise en place d’une ligne aérienne directe entre Marrakech et Casablanca sont en cours avec Royal Air Maroc (RAM). Les pourparlers ont pour objet l’instauration d’une navette toutes les deux heures entre les deux villes. Si l’information se confirme, elle résoudra de nombreux problèmes, notamment l’attente occasionnée lors de l’escale via Casablanca. Les touristes étrangers se rendant à Marrakech ou Ouarzazate doivent en effet attendre des heures à l’aéroport Mohammed V avant de poursuivre leur voyage. «De quoi saper le moral avant le début des vacances», indique ce voyagiste. C’est le cas pour des destinations qui ne desservent pas directement l’aéroport de Marrakech. Bien qu’aujourd’hui, ce dernier soit considéré comme l’un des plus grands hubs où se rencontrent de nombreuses compagnies aériennes. Chaque mois, de nouvelles lignes aériennes sont ouvertes entre la ville ocre et le reste du monde. Les dernières en date, Marrakech- Manchester et Marrakech-Stuttgart.La nouvelle navette réduira aussi les contraintes des hommes d’affaires, souvent obligés de faire l’aller et le retour à Marrakech. Il y a le train certes mais le temps du voyage est trop long. Et en l’absence d’autoroutes, difficile de faire le trajet dans la journée. La décision aurait donc été prise en concertation avec le président de RAM. Mohamed Berrada a donné en effet son accord aux autorités de la ville. Pour l’application du projet, la balle reste toutefois dans le camp de la compagnie nationale. Celle-ci programme actuellement trois dessertes Casablanca-Marrakech, au demeurant insuffisantes. Jointe par L’Economiste, la compagnie nationale n’a rien voulu confirmer.Par contre à Marrakech, «on y croit dur comme fer». Le maire du conseil de la ville Omar El Jazouli est ravi du projet. Un projet qui, selon des sources proches du dossier, serait bien avancé puisqu’un Boeing 737 de 134 places aurait été «réquisitionné». Apparemment, cet avion portera les couleurs d’Atlas Blue (ndlr: injoignable aussi à l’heure où nous mettions sous presse). Le vol sera proposé à des tarifs édifiants.On parle déjà du lancement de cette ligne le 25 novembre. A la grande joie des hôteliers et opérateurs du tourisme qui ont toujours réclamé encore plus d’avions.


    Extension

    Les responsables de l’aéroport Menara, qui fêtent discrètement leur 2 millions de passagers, ont du pain sur la planche. Si cela se confirme pour la ligne directe Marrakech-Casa, cela implique le réaménagement de l’organisation. Le site a plus que besoin d’une extension. L’aéroport accélère déjà le terminal d’Atlas Blue. Il doit aussi gérer l’arrivée de plus en plus fréquente de jets privés.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc