×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Marrakech: 2e édition du festival Samaâ

    Par L'Economiste | Edition N°:2771 Le 07/05/2008 | Partager

    . Plus de 50.000 personnes attendues. Hommage à Youssouf Ibn Tachfine C’EST aujourd’hui, mercredi 7 mai, que démarre la deuxième édition du Festival mondial des rencontres et musiques soufies, Samaâ Marrakech 2008. Différents sites ont été retenus pour abriter l’évènement. Il s’agit du pavillon de la Ménara, les jardins Arset My Abdessalam, les jardins de l’Agdal, l’esplanade de la Koutoubia, ksour Agafay, riad Al Mizhar, Dar Berrada ainsi que les palais Bahia et Soulaymâne. Jusqu’au 11 mai, la ville va vibrer au rythme des chants sacrés du Maroc, du Sénégal, d’Egypte, de Syrie et d’Iran... «Ce festival s’adresse à un public attiré par ce type de musique spirituelle», indique Jaâfar Kansoussi, spécialiste en soufisme de l’Occident musulman, chercheur en art traditionnel et président d’Al Muniya. association qui œuvre pour la conservation et la revivification du patrimoine marocain. Ce sont les ensembles marrakchi Al Abbassiya et samâii iranien qui ouvriront ces premières veillées au pavillon de la Ménara, avec la présentation des œuvres de calligraphes. Les organisateurs ont d’ailleurs concocté un programme très riche avec des expositions, ateliers de formation en calligraphies, enluminures et art du chant spirituel et séances de Samaâ. Par ailleurs, deux concerts sont programmés chaque jour, animés par Chabab Al Andalous, l’ensemble égyptien Qasr El Ghouri ou encore Ba Jedoub. Outre les chants sacrés, une «ziyara» des sept hommes spirituels de Marrakech est prévue. Enfin, un hommage particulier sera rendu à Youssouf Ibn Tachfine, fondateur de la cité ocre. Et comme pour la première édition de l’année précédente, l’accès aux lieux de la manifestation est gratuit. Près de 50.000 personnes sont attendues durant les cinq jours du festival.De notre correspondante,Hanane HASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc