×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Maroc/Grande-Bretagne: Coup de pouce à la coopération

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. La visite du ministre anglais du Commerce va dans ce sensLe Maroc, nouveau marché cible des hommes d'affaires britanniques? En tout cas, Mike O'Brien, ministre anglais du Commerce en visite au Maroc depuis le 10 février, est confiant sur ce sujet. Pour lui, les relations entre le Maroc et la Grande-Bretagne sont d'abord historiques mais aussi commerciales. Et la tendance à la croissance se confirme. L'objectif de cette visite est justement de stimuler le partenariat économique et politique entre les deux pays afin d'insuffler un nouveau rythme aux relations bilatérales. Le responsable anglais, qui a été reçu hier, à Rabat, par le Premier ministre Driss Jettou, s'est entretenu aussi avec les ministres chargés des Affaires étrangères, de l'Agriculture et du Commerce extérieur. Une volonté commune s'est dégagée, celle de renforcer les relations politiques. Pour le ministre du Commerce, cela encouragerait certainement les hommes d'affaires britanniques à investir en masse au Maroc. «Longtemps habitués aux marchés indien et sud-africain, les businessmen anglais sont maintenant appelés à exploiter les opportunités qu'offre le Maroc», a fait remarquer le ministre anglais. Ce dernier était catégorique: «L'amélioration du cadre juridique est le seul gage qui attirerait encore plus d'investissements dans de nombreux secteurs». . Processus d'ouvertureCependant, O'Brien n'a pas manqué de saluer les progrès réalisés par le Royaume, notamment sur le plan institutionnel, la stabilité politique et le processus de l'ouverture de son économie. Sur le registre des échanges, ceux-ci ont enregistré 6.546 millions DH durant les sept premiers mois de 2003. Ce volume a baissé de 18% par rapport à la même période de l'année précédente. Plus de la moitié de ces échanges ont été générés par le secteur du textile qui fait travailler, actuellement, près de 30.000 Marocains dans 150 usines. Celles-ci opèrent directement pour l'industrie textile britannique. D'autres entreprises sont aussi présentes sur le marché marocain telles que Dewhirst, Donisthorpe, Automatic Braiding. Rappelons qu'un conseil d'affaires maroco-britannique a été mis sur pied depuis 2001. Présidé conjointement par Mourad Cherif, PDG de l'OCP, et David Walker, du côté anglais, il a pour mission de promouvoir les échanges. Depuis sa création, ces derniers ont connu une croissance soutenue. Leur valeur est passée de 11,8 milliards de DH en 1998 à 13,24 milliards en 2002. Avec ce potentiel, la Grande-Bretagne se positionne au 3e rang parmi les clients du Maroc et au 6e rang parmi ses fournisseurs. Elle intervient à hauteur de 6% de son commerce extérieur (7,77% dans le total des exportations et 4,78% dans le total des importations).Quant à la balance commerciale, celle-ci est excédentaire depuis 1998 au profit du Maroc. En 2003, l'excèdent s'est élevé à 636 millions de DH. Le Maroc est considéré ainsi comme le premier marché maghrébin à connaître une telle expansion rapide, reconnaît O'Brien. Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc