×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Maroc Telecom en bourse
Les équipes d’évaluation se mettent au travail

Par L'Economiste | Edition N°:1787 Le 10/06/2004 | Partager

. L’actionnaire principal et les banques d’évaluation épluchent les comptes de l’opérateur C’est aujourd’hui que le coup d’envoi pour la préparation de l’entrée en bourse de Maroc Telecom sera donné. L’état-major du groupe et des équipes de représentants des actionnaires principaux (l’Etat) ainsi que les banques retenues pour l’évaluation (Merrill Lynch, BNP Paribas et Attijariwafa Bank) devront éplucher dès aujourd’hui les dossiers et comptes de MT pour son introduction d’abord en Bourse de Casablanca. C’est la plus importante opération de l’histoire de la Bourse marocaine qui sera finalisée en 2005. «L’opération ne pourra qu’être bénéfique d’abord pour l’économie marocaine, la mise en bourse de MT devant réanimer le marché en essoufflement, qui regagnerait de l’intérêt notamment auprès des investisseurs étrangers», commente Abdessalam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom lors d’un entretien accordé à L’Economiste. En effet, les observateurs estiment que Maroc Telecom devra déclasser l’ONA de son rang de première capitalisation boursière de la place puisqu’elle en représentera environ plus de 60%. L’Etat va introduire une partie du capital en Bourse de Casablanca et éventuellement, en deuxième phase, dans les bourses étrangères (les places de Londres, New York ou Paris). Pour l’instant, le choix n’est pas encore arrêté. Ce qui est sûr, c’est que cette introduction en bourse doit permettre à l’Etat d’établir une nouvelle valorisation pour les 16% que Vivendi compte acquérir au second semestre.Rappelons que l’Etat détient 65% de Maroc Telecom et son partenaire stratégique Vivendi Universal en détient 35% depuis 2000, avec une option d’achat de 16%. Le management de VU a fait part à plusieurs reprises de son intention d’exercer son option, lui permettant de monter à 51% du capital d’ici à la fin de l’année. Jean-René Fourtou, PDG, l’a encore confirmé à Marrakech: son groupe est intéressé, mais tout dépend de ses négociations avec l’actionnaire principal. L’introduction en bourse est tout aussi bénéfique pour l’entreprise elle-même: les exigences d’une société cotée devraient stimuler davantage les salariés, qui sont au premier banc des futurs actionnaires. «Cela permettrait de dynamiser encore plus le reporting mis aux standards internationaux», fait remarquer le président du directoire. Sur le terrain, Maroc Telecom est l’une des entreprises les plus profitables du Maroc, étant un des premiers contribuables aux caisses de l’Etat. Sa success story est à inscrire dans les annales des entreprises marocaines publiques. En 6 ans, elle a traversé plusieurs étapes, passant d’une entreprise érigée en ministère à un acteur économique important. Pour l’exercice 2003, l’opérateur historique a réalisé un chiffre d’affaires de 15,2 milliards de DH et un résultat net de 4 milliards. Ses excédents de trésorerie totalisent quelque 6,18 milliards de DH et lui confèrent une capacité d’investissement importante. «C’est presque une doctrine. Notre démarche est d’offrir tous les services aux usagers, quel que soit l’effort ou le coût», insiste le management de MT qui a déjà lancé des services de niche (comme le GPRS, le MMS). L’opérateur se dit même prêt à l’UMTS, pourvu que l’ANRT l’autorise. «Le Maroc est en retard là-dessus. Nous n’avons pas encore de visibilité alors qu’ailleurs, l’UMTS est en cours d’essai, même dans des pays du Sud», déplore Ahizoune.


Croissance

Maroc Telecom se réclame aujourd’hui de près de 6 millions d’abonnés GSM, et 1,2 million pour le fixe. La croissance est surtout tirée par le mobile. Cela s’explique entre autres, d’après Ahizoune, par les tarifs d’interconnexion décidés par le régulateur qui avantagent le mobile par rapport au fixe. Cela se justifiait lorsque le mobile était encore à ses balbutiements mais plus maintenant qu’il pèse 6 fois plus que le parc du fixe. Pour l’Internet à haut débit, Maroc Telecom compte actuellement plus de 50.000 abonnés. -Pour Abdessalam Ahizoune, président du directoire de MT, tous les nouveaux services dans les télécoms seront introduits au Maroc, quel que soit l’effort ou le coût-

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc