×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc-Roumanie : La coopération recherche un second souffle

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

Relancer la coopération économique maroco-roumaine, c'est l'objectif de M. Ion Pargaru, secrétaire d'Etat au Ministère roumain du Commerce et chef du département du Commerce Extérieur en visite au Maroc. A cet effet, des rencontres sont prévues avec son homologue marocain du Commerce et de l'Industrie, et celui du Commerce extérieur. Par ailleurs, des réunions seront tenues, d'une part, entre les World Trade Centers de Casablanca et de Bucarest et de l'autre entre les Chambres de commerce des deux villes.
Selon M. Pargaru, les deux pays entretiennent des relations traditionnelles. Mais depuis quelques années, les échanges ne reflètent pas le potentiel dont disposent les deux pays et "ont même commencé à faiblir", fait-il remarquer. A fin octobre 1995, les échanges commerciaux entre les deux pays totalisaient 338,6 millions de Dirhams, contre 545,1 millions en 1989 dont 44,8 millions pour les exportations marocaines. Durant toute cette période, le solde est largement positif pour la Roumanie à l'exception de 1990, année au cours de laquelle la balance a penché en faveur du Maroc qui exporte essentiellement du phosphate, du crin végétal, du verre, des fils et des fibres synthétiques et artificielles. Des possibilités de diversifications existent dans d'autres domaines. La Roumanie est en effet un client potentiel pour les agrumes, les olives, les fruits et conserves de fruits et de légumes, le poisson, les chaussures, des matières premières textiles et chimiques et les produits artisanaux. Côté importations, la Roumanie fournit entre autres de l'engrais naturel et chimique, du bois, du blé, du papier carton et du bois brut. Par ailleurs, elle a contribué à la construction ou à l'extension de certains ports, notamment Larache, Nador, Marina Smir et Asilah. Actuellement, Contransimex, une société roumaine, est engagée dans la réalisation du port de Dakhla.

Le secrétaire d'Etat roumain annonce que "les deux pays sont complémentaires et les possibilités d'échanges abondantes, diversifiées et sans limite". Il précise que la Roumanie est ouverte à la création de sociétés mixtes orientées vers l'industrie minière, la construction navale, l'agro-alimentaire et la transformation du phosphate. Les deux pays s'attellent à affiner le cadre juridique des relations grâce à plusieurs nouveaux accords en cours de négociation. Y figurent notamment des textes relatifs à la coopération économique et technique, à la fiscalité, aux transports routier et aérien, à la santé et aux sciences médicales et à la collaboration entre les agences de presse.

Alié Dior NDOUR.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc