×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Maroc-Portugal
Une ligne aérienne pour renforcer le business

Par L'Economiste | Edition N°:2893 Le 31/10/2008 | Partager

. Casablanca-Lisbonne en une heure et quart. Le prix de l’aller-retour à 680 DH, moins qu’un Casablanca-Oujda. Des contrats en cours entre les deux pays pour près de 9 milliards de DH Alors qu’elle ferme 80 vols moyen et long-courriers pour raison d’économie en période de crise, la compagnie aérienne portugaise TAP a décidé de lancer une nouvelle liaison entre Casablanca et Lisbonne. Le vol inaugural a eu lieu lundi dernier dans la discrétion totale. C’est un Embrayer, avion brésilien confortable acquis l’année dernière, d’une capacité de 45 places, qui assure la desserte entre les deux villes en l’espace d’une heure et quart. Le prix défie toute concurrence : 680 DH aller et retour, moins que ce qu’il faut débourser pour un Casablanca-Oujda. Ce tarif, dit promotionnel, sera maintenu jusqu’au 31 mai prochain. Pour l’heure, la TAP a prévu 6 vols aller-retour par semaine, à raison d’un par jour, à l’exception du dimanche. Elle compte rentabiliser cette ligne compte tenu du potentiel du trafic qui existe entre les deux pays. En tout cas, l’ambassadeur du Portugal à Rabat, Joào Rosa Là, voit un objectif politique se réaliser. «Ouvrir une liaison aérienne entre Casablanca et Lisbonne a été une priorité de mon séjour au Maroc. Car, il fallait surmonter le grand obstacle au développement des relations économiques qu’est l’absence d’une ligne directe», affirme l’ambassadeur du Portugal. D’autant que la dernière commission mixte avait érigé le tourisme en priorité. L’ouverture de cette desserte s’inscrit dans la ligne droite de cette volonté politique d’intensifier les échanges et les voyages touristiques dans les deux directions. La stratégie prévoit une intervention dans la formation des cadres touristiques. D’ailleurs, une convention entre les deux pays vient d’être signée dans ce domaine. Comme le Portugal entretient des relations privilégiées avec le Brésil (60 vols par semaine), la TAP pourrait proposer la destination Maroc dans un même package avec l’Espagne pour les millions de touristes brésiliens qui arrivent à Lisbonne chaque année. Vue sous un autre angle, l’initiative de la TAP s’inscrit dans une stratégie beaucoup plus globale qui consiste à renforcer sa présence dans le continent africain. Entre le Maroc et le Portugal, les relations commerciales sont en progression de 32% rien que pour les six premiers mois de cette année. Le total des contrats qui sont en cours s’élève à 800 millions d’euros, soit près de 9 milliards de DH. Ce sont près de 110 entreprises portugaises qui sont installées au Maroc. Certaines sont présentes dans trois tronçons de l’autoroute Fès-Oujda, d’autres sur Marrakech-Agadir ou la Rocade méditerranéenne. Si par le passé ces entreprises s’étaient distinguées par leur dynamisme dans le BTP, aujourd’hui elles diversifient leurs activités pour s’étendre à d’autres secteurs comme l’automobile, l’énergie renouvelable ou le tourisme. D’ailleurs, plusieurs délégations d’hommes d’affaires conduites par des ministres ont séjourné au Maroc. Le secrétaire d’Etat portugais à l’Emigration se rendra à Rabat et Casablanca la semaine prochaine. Les énergies renouvelables ne sont pas en reste. Dans ce créneau, le Portugal développe des projets qualifiés d’ambitieux. Ce pays couvre 40% de ses besoins énergétiques par l’éolien, l’hydrique et le photovoltaïque. Lisbonne développe actuellement des procédés pour transformer la force des vagues en énergie.Une chose est sûre, ce vol est une bonne nouvelle pour les hommes d’affaires mais aussi pour les touristes des deux pays. Lisbonne est une capitale attrayante, possédant de nombreux sites à visiter, chargés d’histoire où se mêlent musulmans et chrétiens. De la fête de la sardine en passant par la semaine du Fado, la ville offre d’intenses activités. «Du Castelo, vous avez Lisbonne à vos pieds», aime à répéter José Soares, guide interprète. Dans la ville, les manifestations culturelles sont multiples. Ici, des hommes maquillés paraissent comme des statues qui représentent une tranche de l’histoire de l’humanité. Là, des hommes, habillés comme Fernando Pesoa, poète du 20e siècle, avancent autour d’une femme, en répétant: «Laissez passer la belle!». Au bord du fleuve le Tage, d’anciennes usines réaménagées en restaurants et boîtes de nuit donnent un cachet particulier à la ville. Pour protester contre la création d’un parking de conteneurs qui gâche la vue aux milliers de clients et badauds, les restaurateurs font circuler une pétition.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc