×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Maroc-France: Nouvelle impulsion à la coopération
De notre envoyé spécial à Paris, Mohamed Chaoui

Par L'Economiste | Edition N°:2420 Le 12/12/2006 | Partager

. L’AFD met plus de 5 milliards de DH de 2007 à 2009. D’autres accords signés. 10 millions d’euros pour la Fondation ZakouraLe séminaire intergouvernemental, entamé hier à Paris, aura été hautement politique. Les deux Premiers ministres ont réitéré leur volonté de donner une «nouvelle impulsion aux relations exceptionnelles des deux pays». «Nous voulons ouvrir de nouvelles pistes, développer des complémentarités dans des secteurs comme le transport», dira Dominique de Villepin lors de la conférence de presse à l’issue de cette réunion de haut niveau entre les deux gouvernements. Driss Jettou abonde dans le même sens: «Nous voulons collaborer avec les Français, particulièrement pour le TGV. La technologie française dans le domaine est reconnue sur le plan international. Le Maroc est donc intéressé pour Tanger-Casablanca et Casablanca-Marrakech. Il est incontestable que le contexte politique a joué dans ce séminaire. 2007 sera une année électorale pour les deux pays. La France aura les présidentielles en avril-mai prochains et le Maroc ses échéances législatives. Cette donne a pesé dans les discussions que Driss Jettou a eues avec le président Jacques Chirac et le Premier ministre Dominique de Villepin. Les Français veulent revenir en force au Maroc. Ils font le lobbying pour obtenir des commandes pour Airbus et le train à grande vitesse. Sur le dossier de l’INDH, ils affichent leur soutien mais n’ont pas encore déterminé l’enveloppe à mettre dans ce gigantesque chantier. Selon la déclaration commune, la France soutient l’initiative et poursuit le dialogue pour déterminer les modalités de contribution. Aucun chiffre n’a été avancé cependant.. Convaincre les FrançaisEn tout cas, la volonté de revenir en force se manifeste notamment par les engagements de l’Agence française de développement (AFD) dont la programmation prendra fin le 31 décembre. Les Marocains ont tout fait pour convaincre les Français de la nécessité de faire plus que la période écoulée 100 millions d’euros (1,1 milliard de DH) par an en moyenne comme cela a été durant la dernière période allant de 2004 à 2006. Jettou a fait du lobbying auprès de Jacques Chirac et De Villepin pour qu’une décision politique fasse la différence. Et il a obtenu gain de cause: l’AFD s’engagera avec 460 millions d’euros, soit plus de 5 milliards de DH, pour la période allant de 2007 à 2009. Ce soutien prendra la forme de prêts concessionnels souverains à hauteur de 360 millions d’euros et de prêts non souverains pouvant atteindre 100 millions d’euros. En outre, l’AFD a signé une convention avec la Fondation Zakoura que préside Noureddine Ayouch d’un montant de 10 millions d’euros (110 millions de DH). Cette enveloppe servira à financer les activités de micocrédit de la fondation et le développement des crédits individuels en faveur de la très petite entreprise. Par ailleurs, l’AFD prévoit de participer avec la Caisse de dépôt et de consignations au lancement du fonds de microfinance «Jaida» promu par Rabat pour accélérer le développement du secteur.D’autres conventions ont été signées dans le domaine du transport. L’une porte sur la coopération technique en matière de développement du réseau ferroviaire à grande vitesse. En outre, Dominique Perben, ministre français des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer, met à la disposition de Rabat son expertise en matière de sécurité routière. En effet, le programme marocain pour 2007 sera appuyé par la coopération technique française. Toujours sur le registre des transports, les Français apporteront leur soutien pour la signalisation de la ligne en construction de Taourirt- Nador pour un montant de 14 millions d’euros.. Open sky La protection de l’environnement n’est pas en reste. Un accord a été signé pour la rationalisation de la gestion de l’eau et des affluents dans le secteur industriel. Au menu également, deux autres projets du Fonds de solidarité prioritaire (FSP). Il s’agit d’un appui à la création de pôles pédagogiques de référence pour la formation des enseignants de français et un autre relatif à la modernisation des médias marocains pour un montant de 4,4 millions d’euros. Paris a annoncé sa disposition à financer le projet de tramway de Rabat pour près de 150 millions d’euros, soit près de 1,7 milliard de DH, si les autorités marocaines en feraient la demande. La France a également confirmé son engagement à financer les équipements médicaux du CHU de Casablanca pour 8 millions d’euros, soit près de 90 millions de DH. Cela est assortie d’une condition: une entreprise sera adjudicataire du contrat.A l’occasion de ce séminaire, d’autres annonces ont été faites. Il s’agit notamment de la disposition de la RAM à considérer avec le «plus grand intérêt» l’offre d’Airbus pour compléter la flotte de sa filiale Atlas Blue. D’ailleurs, Rabat compte sur la France pour l’appuyer auprès des pays européens dans l’Open sky. Ceux-ci veulent retarder l’ouverture du ciel européen jusqu’à la ratification de l’accord par l’ensemble des pays. Or le Maroc ne veut pas entendre parler de ratification mais simplement de signature comme cela a été convenu auparavant.Sur le travail du groupe d’impulsion économique qui devait remettre son travail alors que nous mettons sous presse, mais dont nous vous livrons néanmoins le contenu en exclusivité (voir articles ci-contre), les deux Premiers ministres sont satisfaits. Jettou souhaite reconduire ce groupe pour encore une année. Mais il faudra lui trouver un autre positionnement pour éviter des télescopages avec les comités mixtes des deux patronats. Le Premier ministre envisage d’étendre cette expérience à d’autres pays comme la Tunisie ou l’Espagne.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc