×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc-France: Cap sur les plans sectoriels

Par L'Economiste | Edition N°:2308 Le 29/06/2006 | Partager

. Le groupe d’impulsion économique Maroc-France en est l’instigateur . Zones Offshore: les Français s’interrogent sur les délais de réalisation. L’initiative 10.000 ingénieurs par an fin prêteLA coopération économique entre le Maroc et la France passera par les plans sectoriels mis en place par le gouvernement. Le groupe d’impulsion économique Maroc-France en a décidé ainsi, hier à Rabat. Créé il y a moins d’une année, ce comité est coprésidé par Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG et Jean-René Fourtou, président de Vivendi. «En quelques mois seulement, la raison d’être de ce groupement a pris forme pour en faire un pôle d’actions concrètes. Ceci, par l’identification des secteurs porteurs et des mesures pour leur renforcement», a déclaré le Premier ministre, Driss Jettou, qui a présidé ces travaux. Des présidents et représentants de grands groupes français, des ministres des secteurs clefs et des opérateurs marocains ont fait le déplacement pour y participer. Scindés en 6 comités de travail, les membres du groupe se sont attelés sur autant de secteurs où le Maroc dispose d’une vision claire. «Notre objectif est désormais de faire en sorte que les stratégies sectorielles adoptées aboutissent», a indiqué à cette occasion Jean-René Fourtou. A commencer par la vision 2010 dans le tourisme. Aux chantiers entamés (stations balnéaires, promotion, open sky…) s’ajouteront d’autres projets portant sur des résidences de retraite et des parcs de loisirs. Le groupe Pierre & vacances, spécialisé dans les résidences hôtelières, a annoncé des projets à Marrakech et Agadir, actuellement à l’étude. Reste à adapter les mesures fiscales, jugées contraignantes par l’opérateur. Le Premier ministre a été attentif à cette demande. D’ailleurs, un benchmark est actuellement réalisé avec d’autres pays à ce sujet. Jettou a par ailleurs appelé les institutions financières françaises à souscrire aux deux fonds d’investissements dédiés au secteur, dotés de 4,7 milliards DH. Autre volet important, la sous-traitance dans l’aéronautique, l’électronique et l’automobile. La stratégie prônée consiste en la promotion de l’offre marocaine auprès des PME françaises, qui n’ont pas vocation à s’internationaliser, au travers des grands donneurs d’ordre. Plusieurs manifestations sont prévues pour mieux faire connaître le potentiel marocain en la matière. Un préalable à tout cela, la formation et le développement d’un message industriel fort. Ceci devrait aller de pair avec la mise en place de locaux prêts à l’emploi. Pour Salaheddine Mezouar, ministre de l’Industrie et du commerce, la création de zones dédiées (automotive city, electronic city à Tanger Free Zone) et la mise en place de formations adaptées sont au cœur du plan Emergence. Celui-ci comprend également le développement d’une offre logistique de taille, incarnée par le complexe portuaire Tanger-Med et d’une batterie de services associés à chaque secteur. «Un centre de formation en métiers de l’aéronautique et une zone dédiée à cette activité se mettent en place à Nouaceur», a ajouté Jettou.Le volet offshoring a également retenu l’attention. La crainte française concerne la capacité du Maroc à tenir les délais fixés pour la mise en place des zones offshore récemment inaugurés (Casashore, Rabatshore) ou à venir. Les ressources humaines, leur coût et leur nombre suscitent également plus d’une question. Le Premier ministre a annoncé qu’une réunion, l’une des dernières, pour finaliser l’offre offshoring du Maroc, devait se tenir le jour même. «Les infrastructures seront livrées à temps. Un benchmark a été établi par rapport aux 9 pays les plus compétitifs au monde en la matière, y compris l’Inde et son million d’ingénieurs», a souligné Jettou. Preuve que le marché existe, BNP Paris-bas et Axa délocalisent leurs services administratifs au Maroc. Ceci, au même titre que Capgemini, leader mondial des services informatiques. Président du directoire de Maroc Télécom, Abdeslam Ahizoun a rappelé le financement par IAM d’un câble sous marin, baptisé Atlas Offshore et reliant le Maroc et la France. En matière de ressources humaines, une réunion devrait avoir lieu ce jeudi pour finaliser l’initiative 10.000 ingénieurs par an d’ici trois ans. Les filières concernées ont fait l’objet d’une étude. Entre-temps, 26.000 personnes seront formées dans les métiers de l’offshoring d’ici 2010, a rappelé Mezouar.


Nouvelles niches

AU cœur des projets du groupement, le développement des secteurs économiques traditionnels. A commencer par le textile, marqué actuellement par un retour des grands donneurs d’ordre (ex: Décathlon). A la demande de l’Amith, des réunions avec les dirigeants des chaînes de grande distribution sont programmées. Egalement au menu, une école de création, de mode et d’arts appliqués. L’artisanat sera également accompagné, à travers l’aide à la création d’un tissu d’entreprises fortes qui auraient un effet de levier sur le secteur. La protection des acteurs de références dans les deux secteurs et la mise en place de règles strictes en matière de droits industriels et intellectuels est à l’étude. Une délégation marocaine est actuellement en visite dans des pays étrangers pour s’informer des meilleures pratiques en la matière. Autre secteur, l’agriculture. Cinq niches d’investissement ont été identifiées. Trois concernent des «cultures de volume», l’olive, les produits de la mer et les fruits & légumes. Les deux autres, des cultures dites «de prestige» sont la viniculture, avec la mise en place d’un catalogue des fermes à même d’intéresser des investisseurs français, et les produits de terroir, comme l’huile d’argane.Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc