×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Maroc-Corée du Sud: Priorité à la relance des échanges

Par L'Economiste | Edition N°:3513 Le 21/04/2011 | Partager
Des industriels de l’électronique et l’électrique en prospection
Une étude pour la faisabilité d’un accord de libre-échange dans le pipe
La commission mixte début juillet à Rabat

Le challenge de l’ambassadeur de la Corée du Sud, Choi Jai-chul, est de donner envie aux entreprises de son pays de venir investir au Maroc

«NOUS pouvons doubler le volume des échanges en trois ans entre le Maroc et la Corée du Sud. En 2010, il est estimé à près de 500 millions de dollars. A fin février, il a enregistré un bond de 800%». L’ambassadeur de la Corée du Sud à Rabat, Choi Jai-chul, met les bouchées doubles pour atteindre cet objectif. Sa mission est de «rendre la Corée du Sud plus visible», selon son expression. C’est dans ce but qu’il a invité de grands industriels de son pays dans les domaines électronique et électrique à venir s’installer au Maroc. «L’un d’entre eux, avec un investissement de grande taille, est actuellement en prospection», précise-t-il. Choi Jai-chul veut que ses compatriotes «profitent de la position géostratégique du Maroc, qui a conclu plusieurs accords de libre-échange avec plusieurs pays. Il est aussi un pont entre l’Afrique et l’Europe». L’autre argument que le diplomate met en avant réside dans les ressources humaines, avec beaucoup de diplômés, particulièrement dans les industries manufacturières et d’exportation. «En amenant les produits pour le montage local, nous pouvons créer de la valeur ajoutée», martèle-t-il. Après un récent déplacement d’une délégation, une deuxième mission, composée d’une cinquantaine d’hommes d’affaires et conduite par le ministre de l’Industrie et de l’Energie, sera au Maroc en mai prochain. La fédération coréenne de l’industrie, homologue de la CGEM, prépare le voyage. Au cours de cette visite, les Coréens seront intéressés par une présentation de l’environnement des affaires et la stratégie de développement des énergies renouvelables. De même que par l’énergie photovoltaïque au Maroc. En effet, «la première priorité du gouvernement de Séoul est la croissance verte, donc le développement des énergies renouvelables, le solaire et l’éolien», rappelle l’ambassadeur. Il précise par la même occasion que l’industrie coréenne est très présente dans les énergies renouvelables aux USA. Son challenge donc est de donner envie aux entreprises de son pays à venir investir au Maroc. Les conventions entre les deux pays, signées il y a une trentaine d’années, comme la double imposition ou la protection des investissements, doivent être réactualisées, avec l’introduction du secteur privé. D’ailleurs, l’ambassadeur a demandé au gouvernement de lancer une étude préliminaire sur la faisabilité d’un accord de libre-échange et la promotion des investissements. Il attend la réponse.

M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc