×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Maroc-Chine: Encore du boulot pour les businessmen

Par L'Economiste | Edition N°:2744 Le 28/03/2008 | Partager

. Echanges commerciaux insuffisants et déséquilibrés. Nécessité d’attirer plus de touristes chinoisLE forum d’affaires maroco-chinois (www.leconomiste.com) a attiré énormément d’entreprises chinoises et bon nombre d’entrepreneurs marocains. Cette manifestation, qui a eu pour thème «d’avantage de coopération réciproque pour le développement commun», a été organisée afin d’encourager la coopération bilatérale entre le Maroc et la Chine. En effet, si cette dernière est excellente sur le plan diplomatique, il n’en est pas de même pour les échanges commerciaux. «Ceux-ci restent encore insuffisants», selon My Hafid Elalamy, président de la CGEM. Seulement 1% des exportations globales du Maroc sont destinées à la Chine. Parmi les partenaires africains, le Royaume est classé à la huitième place. En conséquence, Elalamy a appelé à développer des partenariats solides, qui iraient au-delà des échanges commerciaux classiques. Les exportations marocaines vers la Chine restent encore faibles. «Le tourisme serait un des moyens les plus efficaces d’attirer les investisseurs», selon Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, qui a également rappelé que, si les relations diplomatiques sino-marocaines remontent à seulement cinquante ans, les échanges commerciaux avaient, quant à eux, débuté bien avant. Le Maroc ne consomme-t-il pas du thé chinois depuis la fin du 19ème siècle?La coopération sino-marocaine, et plus généralement sino-africaine, a été au cœur de l’allocution de Li Changchun, membre permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (CCPC). Cet organe qui est, en fait, le plus haut corps administratif de la Chine, a une très grande influence sur les politiques mises en place par le gouvernement. Li Changchun, qui y siège en qualité de Secrétaire du comité provincial du Guangdong (l’une des provinces les plus riches du pays), a rappelé l’implication importante de son pays dans le développement africain, et la nécessité de renforcer les liens d’amitié, à travers les échanges bilatéraux. «Les entreprises présentes à ce forum sont considérées comme très importantes en Chine», indique Sun Xiaohong, membre du département de relations internationales de la Chambre de commerce chinoise pour l’import et l’export de machines et de produits électroniques (CCCME). Certaines de ces entreprises exportent également leurs services hors de Chine. Toutefois, quelques-unes seulement accompagnent la délégation officielle chinoise dans sa tournée arabe. La majorité s’est déplacée spécialement pour le forum et rentre au bercail aussitôt après. Les stands pris d’assaut par les entrepreneurs marocains furent surtout ceux concernant l’import-export, les produits électroniques et les BTP.Adam BERRADA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc