×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marina de Casablanca: Puerto Loisirs crie à l’arnaque

Par L'Economiste | Edition N°:2030 Le 27/05/2005 | Partager

. Les responsables de cette société demandent à réintégrer une affaire qui leur a été volée. Et dénoncent la complicité de l’Administration. Der Kerkorian, la pièce manquante Les responsables de Puerto Loisirs reviennent à la charge pour dénoncer ce qu’ils appellent “une affaire d’escroquerie sur un montant de 350 millions de DH”. C’est la somme que la CDG a payée au Groupe Der Kerkorian (GDK) pour reprendre ses droits sur le projet de la Marina de Casablanca (voire l’Economiste du 26 mai). Lors d’un point de presse tenu mercredi 25 mai à Rabat, la société a fourni un dossier avec des “preuves” sur ce qu’ils qualifient “l’arnaque de haut vol d’André Der Kerkorian, ex-président de Puerto Loisirs”. Pour Malek Mghazli, associé à la société, “Der Kerkorian a pu à travers différents subterfuges et mises en scène détourner une grosse affaire sans dépenser d’argent pour ensuite la vendre à une entité étatique marocaine”. Il se dit confiant dans la justice marocaine pour reprendre pied dans une affaire que Puerto Loisirs a initiée en 1992. Aujourd’hui, le procès intenté à l’ODEP pour “résiliation abusive de contrat” suit son cours. Les responsables de Puerto Loisirs ont rappelé toutes les péripéties, ou plutôt leur version des faits, sur une affaire qui comporte beaucoup de zones d’ombre. Selon le management de la société, Der Kerkorian intègre la société en 1998 et obtient 50% du capital pour un dirham symbolique. Il commencera depuis à prendre “des largesses dans la gestion pour s’ériger après en unique interlocuteur de l’Etat”. Dans ses communications avec l’administration ou les autres partenaires, il associe Puerto Loisirs à son groupe. Ce qui a été considéré par ses associés, comme le souligne Mghazli, comme “une erreur de frappe”! A aucun moment, affirme-t-il, il ne pouvait soupçonner “la mauvaise foi” de leur associé. Cette confusion a toutefois permis à Der Kerkorian de “définitivement détourner l’affaire”. Le 19 avril 2000, le ministre de l’Equipement adresse une lettre au Premier ministre où il demande de retirer la convention à Puerto Loisirs et d’en signer une nouvelle avec le groupe GDK. Si escroquerie il y a eu, pourquoi les associés ne se sont avisés qu’après coup? Aujourd’hui, les responsables de Puerto Loisirs pensent que “l’administration devient complice dans l’affaire”. Il est vrai que Der Kerkorian s’est joint au projet en tant qu’acteur financier promettant d’apporter “si nécessaire, selon les clauses du contrat”, des sommes qui totalisent 900 millions de DH. Toutefois, “Der Kerkorian ne paiera que 3,5 millions de DH de taxes communales pour l’obtention de l’autorisation de construire”. Les 7 hectares que la société devait aménager sont restés un terrain vague. Les associés n’ont pas manqué de fournir des photos récentes du site. Selon Mghazli, Der Kerkorian avait des antécédents judiciaires au Maroc et à l’étranger. “Le tribunal de Pontoise (région parisienne) nous a donné raison en condamnant Der Kerkorian à payer 300 millions de DH aux actionnaires de Puerto Loisirs”, affirme Mghazli.


Homme de paille?

La pièce manquante dans l’affaire Puerto Loisirs reste le fameux Der Kerkorian. Où est-il? Qui est cet homme? Est-ce vrai que c’est un homme de paille? Ses multiples “escapades” et les accusations formulées par ses ex-associés posent en tout cas beaucoup de questions. Aujourd’hui, selon Malek Mghazli, associé à Puerto Loisirs, Der Kerkorian aurait soumis une demande à l’Office des Changes pour faire sortir l’argent qu’il a gagné en vendant l’affaire à la CDG. L’investisseur étranger devient ainsi un “dé-investisseur”, selon Mghazli.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc