×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marché à terme des taux
Des failles qui plombent le système

Par L'Economiste | Edition N°:2306 Le 27/06/2006 | Partager

. La garantie de livraison physique à l’échéance fait défaut. Les textes seront-ils votés à temps?Quelques mois avant le lancement des premiers produits dérivés, les interrogations se multiplient autour des enjeux liés à la gestion des risques de taux. Le sujet a été traité lors du séminaire annuel de Wafa Gestion organisé samedi 17 juin à Marrakech. Le président du directoire de la Bourse, Amine Benabdeslam, reconnaît, dans son intervention, quelques failles qui plombent le projet du marché à terme de taux (cf.www.leconomiste.com). Elles concernent notamment le risque de non-livraison physique des titres à l’échéance. Le patron de la Bourse a évoqué le recours éventuel à des «réajustements économiques» dans des situations pareilles. En attendant, «le risque zéro n’existe pas», réplique-t-il. Les participants ont également soulevé le problème de la courbe de valorisation Marked to Market des titres. Cet outil peut, pour certains, être manipulé par des intervenants sur le marché. Benabdeslam affirme que ce sujet est «encore en réflexion». Par ailleurs, il a assuré que les textes juridiques instituant le marché à terme seront votés lors des deux prochaines cessions parlementaires. Reste à savoir si les députés auront assez de temps pour traiter ces réglementations. Leurs ordre du jour est surbooké par les lois relatifs aux partis politiques et aux prochaines élections. Initialement interpellé pour traiter le risque de taux lié au dirham, Chakib Erquizi, directeur marché des capitaux à Attijariwafa bank, a un autre avis. «La problématique n’a pas lieu d’être débattue en l’absence d’un marché à terme», indique-t-il. L’expert a rappelé la nécessité de mettre en œuvre rapidement ce mécanisme de couverture. Le marché financier s’y attend d’ailleurs depuis plusieurs années.Erquizi a soulevé le problème de la sécurisation des financements bancaires qui se limite à l’anticipation des fluctuations de taux en choisissant des formules à rémunérations fixes ou variables. «Les banques ont tendance à octroyer des crédits à taux fixe et à maturité généralement longue. Elles se financent toutefois par des lignes courtes à taux variables. Cela génère un décalage sensible entre la duration des emplois et des ressources», explique-t-il. S’agissant du financement en devise, le responsable d’Attijariwafa bank a mis l’accent sur l’encerclement juridique des mécanismes de couverture. «Les outils autorisés sont à maturité courte. L’obtention de sécurisation à long terme dépend d’une dérogation particulière», indique-t-il. Outre ces deux intervenants, les discussions ont été animées par des experts de Crédit Agricole Asset Management (CAAM), leader européen de la gestion d’actifs et actionnaire à hauteur de 34% de Wafa Gestion.


Gestion du risque des taux: Ce n’est pas sorcier

La sophistication des mécanismes des produits dérivés est souvent mal interprétée par les intervenants sur les marchés à terme dans les places internationales. Ils axent souvent leur raisonnement sur l’aval du système, à savoir la maîtrise des logiciels et des techniques des produits dérivés. C’est ce qui ressort de l’intervention de Gauthier Vasseur, professeur aux universités de Rennes et de Californie. Selon lui, l’approche de gestion des produits dérivés devrait normalement être lancé en amont. Les intervenants doivent d’abord comprendre la structure des opérations et le choix des produits appropriés. L’exécution des procédures techniques devient alors à la portée de tous. N.Sq

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc