×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marché monétaire
Retour à la normale

Par L'Economiste | Edition N°:2359 Le 12/09/2006 | Partager

. La banque centrale pompe 12 milliards de DH . Les taux retrouvent leurs niveaux habituels. Statu quo dans l’obligataireFinie la rétention de liquidité sur le marché monétaire. La banque centrale reprend son intervention «normale», en absorbant les surliquidités, comme elle l’a d’ailleurs fait depuis plusieurs années. Après avoir repris 5 milliards de dirhams à la fin du mois dernier, Bank Al Maghrib a pompé 7 milliards de dirhams, le 7 septembre, sous forme de reprise de liquidités à 7 jours au taux de 2,5%. La banque centrale demeure toutefois réticente vis-à-vis des reprises à 24 heures au taux de 2,25%. Elle n’a levé que 286 millions de dirhams à fin août. Après avoir suspendu son intervention pendant plusieurs séances, la banque centrale aura forcé le marché à s’autoréguler après la pénurie de cash qui coïncidait avec la fin de la réserve monétaire. Bank Al-Maghrib a dissuadé les contreparties, qui détenaient le monopole du cash, de profiter de la situation en allant placer une partie de leurs surliquidités en reprise à 24 heures (cf. www.leconomiste.com). Les efforts de régulation de Bank Al-Maghrib ont été confortés par un retour de monnaie fiduciaire après la fin de la période estivale, disent les analystes. Le renflouement des trésoreries bancaires est aussi lié au comportement du Trésor. «Actuellement, il rembourse plus qu’il ne lève de fonds, générant ainsi un excès de cash chez les banques», explique Amine Amor, responsable des activités monétaires et obligataires chez BMCE Capital Markets. Cela étant, le marché affichait au terme de la semaine dernière de 7 milliards à 8 milliards de dirhams de surliquidités. Les taux d’intérêts retracent parfaitement cette situation. Après avoir atteint près de 4% il y a deux semaines, le TMP (taux moyens pondérés) s’établissait à 2,44% seulement jeudi dernier. Le taux repos (1) ressort, lui, à 2,25%. A la lumière de ces événements, «le marché monétaire a retrouvé l’équilibre et affiche des perspectives à court terme de plus en plus claires», souligne la note hebdomadaire de BMCE Capital. Les ponctions de Bank Al-Maghrib ne devraient pas exercer de pression haussière sur les taux au jour le jour, selon les analystes de la banque d’affaires. Le retour à la normale du marché monétaire n’a pas affecté le comportement de l’obligataire. Fort de ses excédents, le Trésor continue de bouder les offres sur le court terme. Le solde de son compte courant auprès de la banque centrale s’élève à 6,4 milliards de dirhams. Cela provient du bon comportement des recettes fiscales et des revenus de la privatisation. De ce fait, le programme de financement annoncé pour ce mois varie entre 1 demi-milliard et 1 milliard de dirhams seulement.N.Sq--------------------------------------------------------------------------------(1) Prêts emprunts de titres

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc