×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marché monétaire
Les taux sont restés stables durant l’Aïd

Par L'Economiste | Edition N°:3164 Le 07/12/2009 | Partager

. Ils se sont maintenus aux alentours de 3,29% LES sorties massives de monnaie fiduciaire enregistrées durant Aïd Al Adha n’ont pas manqué de pousser la Banque centrale à injecter davantage de liquidités dans le circuit bancaire. Une situation qui a de fait agi sur la moyenne hebdomadaire des taux du marché monétaire enregistrés au jour le jour. Lesquels sont restés particulièrement stables, se fixant aux alentours de 3,29% durant toute la semaine du 26 novembre au 2 décembre. Derrière cette stabilité, une injection opérée par BAM via ses avances à 7 jours et qui s’est située à 20 milliards de DH. En soi 1 milliard de plus par rapport au montant enregistré une semaine avant. Pour le ministère des Finances, «ce montant injecté s’est avéré suffisant pour couvrir la totalité des besoins de trésorerie des banques». Toutefois, en dépit de cette relative stabilité du système financier, l’activité sur le marché primaire n’a guère été reluisante. Lors de la séance d’adjudication du règlement moyen et long terme du 30 novembre dernier, les soumissions d’investisseurs se sont à peine élevées à 8,6 milliards de DH (contre pourtant 20,4 milliards offerts lors de la dernière séance). En soit une régression conséquente de 60%. D’un autre côté, les levées du Trésor entre les 25 novembre et 1er décembre continuent à afficher des niveaux records. Elles se sont fixées à 68,8 milliards de DH (contre 33,2 milliards mobilisés au cours de la même période en 2008). L’activité sur le marché secondaire a, quant à elle, enregistré un net fléchissement au niveau des échanges fermes. En effet, le volume des cessions de la semaine s’est établi à 1,2 milliard de DH contre 3,8 milliards une semaine auparavant.Et la structure de ces échanges est restée très éparse. Les transactions fermes ont concerné principalement les titres à moyen terme avec une part de 50%, suivis de ceux à court terme avec une part de 40%, tandis que les titres à long terme ont à peine grignoté 10%. Tous ces mouvements ont bon gré mal gré été ressentis à la hausse sur la courbe des taux pratiqués sur le marché. Ce qui a pris à contre-pied les estimations des analystes qui tablaient sur la poursuite de la tendance baissière de celle-ci. Notons d’ailleurs que des améliorations, allant parfois jusqu’à 8 points de base, ont pu toucher les maturités entre 26 semaines et 5 ans.Mohamed MOUNADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc