×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Marché monétaire: Encore trop de tension sur les taux

Par L'Economiste | Edition N°:1534 Le 06/06/2003 | Partager

. Et ce malgré la présence de facteurs expansifs de liquiditéComme nous l'annoncions dans notre édition d'hier, la privatisation de la Régie des Tabacs risque de perturber le marché obligataire (www. leconomiste.com). Les premiers impacts se sont fait sentir au niveau des résultats de l'adjudication du 03 juin. “L'annonce de la cession de 80% du capital de la Régie a perturbé les investisseurs”, soulignent les analystes de la salle des marchés de la BCP. Deux éléments permettent d'étayer ce constat. D'abord, la demande massive des opérateurs sur les bons du Trésor, 8,7 milliards de DH sur des maturités court terme, conjuguée à un niveau très bas des taux de soumission pendant une seule séance.Face à cette tendance et pour marquer la baisse sur la partie courte de la courbe, le Trésor n'a levé qu'un faible montant par maturité et ce au taux le plus bas. Il en a résulté un taux de satisfaction global de 5% correspondant à un total levé de 473,7 millions de DH. Par ailleurs, et en l'absence d'annonce sur les besoins de juin, les levées globales pour ce mois ont atteint 3,3 milliards de DH. Ce montant couvre 35% des tombées du mois en dette intérieure. Sur le marché monétaire, la semaine a été caractérisée par la persistance d'une tension sur les taux, malgré la présence de facteurs expansifs de la liquidité. Il s'agit notamment de l'injection d'un volume de 500 millions de DH, suite au refinancement des banques en pensions à 7 jours pour un montant de 1,7 milliard de DH, contre 1,2 milliard pour la semaine précédente. Le versement de la paie des fonctionnaires dont le montant porte sur environ 2,6 milliards de DH a aussi induit cette tension. L'impact limité de ces éléments sur l'évolution des taux peut être attribué au besoin des banques de constituer leur réserve monétaire conjugué au décalage dans le temps des tombées en bons de Trésor (du 2 au 6 juin).Ainsi, l'appel d'offres en pensions à 7 jours lors de la séance du 5 juin a été marqué par un taux de satisfaction de 100%. “Encore une fois, Bank Al-Maghrib fait preuve d'une bonne gestion. Son intervention évitera un resserrement des taux monétaires. Elle permettra aussi de freiner la tension qu'aurait pu provoquer le manque de liquidité dans le système de la réserve monétaire”, est-il indiqué auprès de BMCE Capital Markets.“Pour la semaine prochaine, nous retenons l'hypothèse d'une détente des taux qui devraient se situer entre 3 et 3,25%”, estiment pour leur part les analystes de la salle des marchés de la BCP. Fedoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc