×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marché de l’eau: Gros intérêt britannique

Par L'Economiste | Edition N°:2739 Le 20/03/2008 | Partager

. Le Maroc offre d’innombrables opportunités . Besoins en aménagements hydrauliques importantsIdentifier les structures hydrauliques déjà existantes ainsi que les besoins en eau du Maroc afin d’y apporter des solutions adaptées, tel est l’objectif tracé par la mission de la British Water Trade. Deux jours de visite auraient suffi aux membres de la délégation commerciale pour confirmer «les innombrables opportunités qu’offre le marché marocain». British Water, Biwater, Scott Wilson, Kubota Membrane Europe LTD, Water Works, BHR Group, ont tous trouvé plus d’une occasion pour investir au Maroc. L’opération de prospection a été initiée par le consulat général de Grande-Bretagne, et compte une équipe pluridisciplinaire, composée de spécialistes dans les aménagements hydrauliques, destinés à la production d’énergie, à l’approvisionnement en eau potable ou à l’assainissement. Leurs interventions recouvrent l’ensemble des disciplines qui touchent à l’hydrologie, l’équipement hydromécanique et électrique ainsi que le traitement des eaux. Les besoins du Maroc en aménagements hydrauliques sont réels, la compétitivité aussi. La mission britannique compte convaincre non seulement par la diversité de ses matériaux et la fiabilité de sa technologie, mais aussi par un rapport qualité/prix qu’elle estime «des plus compétitifs sur le marché». Lila Webley, chef de mission et représentante de l’association British Water, est optimiste, «il y a tout à prendre sur le marché marocain», fait-elle remarquer. Après une visite à l’Onep, les membres de la mission britannique ont pu peser et évaluer les besoins immédiats du Maroc dans le secteur de l’eau. «Nous avons pu dresser une liste de tous les besoins en eau, nous espérons y répondre», conclut l’experte. Djo Maekawa, directeur de Kubota Membrane Europe LTD et spécialiste de l’assainissement des eaux, propose de recycler l’eau par lagunage. Le coût de cette méthode a été estimé à 2 dollars par m3. «Reste à changer les mentalités», observe le consultant. BHR Group, par contre, ne compte pas bouleverser les habitudes des Marocains. Riche d’une expérience de plus de 60 ans, il s’intéresse à la station de dessalement d’eau d’Agadir et espère y apporter quelques solutions technologiques. Les expertises sont entamées. Le marché marocain est à prendre, la mission britannique en est bien consciente. Elle affiche sa gourmandise et compte bien en grignoter quelques parts. Amira KHALFALLAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc