×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Malgré leur succès mondial : Les GPL sont freinés par l'absence de réseau de distribution

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

Les GPL connaissent une faible consommation au Maroc à la différence des pays européens. Pourtant les avantages de ce type d'énergie sont nombreux.


La consommation au Maroc de GPL (gaz de pétrole liquéfiés) est de 105.000 tonnes par an pour le propane et de 800.000 tonnes pour le butane.
Cette consommation est encore faible. En effet, le butane et le propane ne représentent respectivement qu'environ 30 kg/an/habitant et 4 kg/an/habitant. Pourtant, les enjeux et perspectives des GPL au niveau mondial comme au niveau local sont importants(1), rappellent les professionnels au cours d'un séminaire sur les GPL organisé par Afriquia Gaz, l'un des principaux acteurs du secteur. L'une des principales entraves au développement des GPL est l'absence d'un réseau de distribution.
En Europe, la consommation de GPL varie entre 77 kg/an/habitant au Portugal à 4 kg/an/habitant en Roumanie, la moyenne européenne se situant à 31 kg/an/habitant.
Les utilisations de GPL diffèrent selon les pays.

Au Maroc, l'utilisation du propane est saisonnière, en hiver principalement. Cette énergie est exploitée par les industriels de la céramique et de la briqueterie.
Associant les avantages d'une énergie liquide, le propane est facilement transportable et stockable. S'y ajoutent les qualités des énergies gazières, à savoir la puissance de rendement, la souplesse et la propreté. En revanche, le coût de l'installation est parfois plus élevé que celui du tout électrique classique. Mais le prix du kWh de propane permet une gestion de la consommation plus souple et plus confortable que celle autorisée par l'électrique.
En Europe, le propane connaît une exploitation importante à tous les niveaux. Sur le plan domestique, il est utilisé pour la cuisine, la production d'eau chaude, le chauffage des locaux, et d'autres usages (machines à laver, réfrigérateurs, éclairage, carburant automobile...)
Le marché agricole représente quant à lui environ 14% des ventes de propane. Cette énergie est utilisée à titre d'exemple pour le chauffage des serres, pour les bâtiments d'élevage, le séchage de grains, les abattoirs... Elle est également exploitée au niveau industriel.
Parmi les énergies concurrentes figurent le fuel domestique, le fuel lourd, le gaz naturel, l'électricité et le charbon.
Ces énergies sont souvent critiquées pour leur insuffisance de rendement dans la combustion (celle-ci avoisine les 80%), leur coût important ou leur caractère polluant.

Excédent de 5 millions de tonnes


Le propane est obtenu essentiellement dans les raffineries de pétrole, soit lors de la distillation des pétroles bruts, soit lors du reformage ou du craquage des produits lourds lors de la production des essences auto. Le raffinage d'une tonne de pétrole brut produit en moyenne 15 kg de butane et 8 kg de propane. Les gaz naturels, suivant leur origine, contiennent de 6 à 8% de propane et de 4 à 6% de butane. Actuellement, seule une faible partie est enlevée.
A moyen et long termes, l'offre de propane est difficile à prévoir. Cependant il est prévu, en tenant compte de la progression sur 5 à 10 ans, que le rythme de croissance mondiale se situe à environ 3% par an.
En effet, en un peu plus de 20 ans, de 1970 à 1992, la production de GPL a plus que doublé en passant de 70 à 136 millions de tonnes.
Actuellement, 52% des GPL produits dans le monde proviennent des gisements de pétrole brut ou de gaz naturel.
La demande mondiale s'est située jusqu'à ces dernières années au niveau de la production. Néanmoins, depuis 1990 et pour les années à venir, il semble que la demande devrait avoir du mal à absorber la production qui est en excédent d'environ 5 millions de tonnes.

Fatima MOSSADAQ


.

Carte de visite


Avec plus de 1.100 salariés, 18 filiales et un chiffre d'affaires de près de 4 milliards de DH, le Groupe Afriquia se positionne comme l'un des "leaders au niveau des gaz industriels et domestiques au Maroc". Il détient plus de 8% du marché des GPL.
En 1966, le Groupe Afriquia entre sur le marché du gaz. En 1972, il pénètre le marché du blending et des lubrifiants tandis qu'en 1977 il investit le segment des gaz industriels et médicaux. 1994 est l'année du bitume, secteur dans lequel Afriquia intervient en partenariat avec une filiale du groupe Bouygues, S.C.R.E.G. Par ailleurs, le groupe est également partenaire d'Elf Aquitaine pour les lubrifiants depuis plus de 20 ans. Il a aussi signé en 1994 une convention de transfert de technologie avec Gaz Métropolitain, principal opérateur gazier au Canada, concernant l'exploitation du gaz naturel transitant par le Gazoduc Maghreb-Europe.
La récente restructuration du Groupe s'est effectuée autour de quatre pôles d'activités (carburants, lubrifiants, fluides et gaz) regroupant chacun plusieurs filiales. Le pôle gaz est constitué de 5 filiales réalisant un chiffre d'affaires total de 700 millions de DH et maîtrisant l'ensemble de la chaîne gazière, depuis la fabrication de bouteilles à usage domestique jusqu'à la distribution de gaz en vrac, en passant par l'emplissage.
La filiale a réalisé d'importants investissements, notamment le dépôt de stockage de Jorf Lasfar pour le propane, initialisé début 1995 et prévu pour 1996, ou encore le nouveau centre emplisseur de Marrakech.



Caution bancaire

La Douane sursoit à sa décision pour
les produits pétroliers


La Douane a décidé de surseoir aux dispositions du 13 novembre 1995 remplaçant la caution mutuelle par la caution bancaire pour les produits pétroliers. Le Groupement des Pétroliers du Maroc (GPM) s'est réuni avec les autorités douanières le 6 décembre 1995. Un mémorandum a été présenté. Pour le Groupement, la remise en question d'un droit "qu'il considère comme acquis" n'est pas justifiée. Rappelant que le chiffre d'affaires du secteur a avoisiné les 17 milliards pour 1994, les membres du GPM estiment qu'ils sont déjà fortement contrôlés par les pouvoirs publics. Ils considèrent également que leur crédibilité ne peut être remise en cause compte tenu du fait qu'ils n'ont jamais connu aucun incident de paiement. Pour les professionnels, la forme de cette démarche laisse croire que le secteur est un redevable à "hauts risques".

Le point de départ de cette décision est un télex daté du 9 novembre 1995 du receveur des douanes de la recette de Mohammedia, se référant à une décision du directeur général des Douanes et Impôts Indirects. Le texte substitue aux cautions mutuelles classiques les cautions bancaires. Ainsi, avec ce texte, l'agrément du "Ministère des Finances" prévu à l'article 116.4° du Code Général des Douanes se trouve actuellement "subitement" retiré aux cautions consenties par les membres du GPM.
Ces cautions avaient été autorisées par décision du ministre des Finances dans une circulaire de la Douane en date du 22 juin 1976 et renouvelées par des décisions du 30 décembre 1994.
"Le Code Général des Douanes ne fait aucune allusion à la nécessité de recourir à une caution bancaire, mais invoque seulement la constitution d'une garantie", précise le mémorandum.
La décision administrative qui consiste à substituer à une caution mutuelle en place depuis 30 ans une caution bancaire, dont le coût est important compte tenu des engagements à garantir, risque d'affecter la rentabilité du secteur, expliquent les professionnels.
Cette décision a entraîné un blocage immédiat des importations de produits pétroliers et a mis fin aux privilèges des sociétés pétrolières. Les membres du GPM ont en majorité refusé cette décision et afin de ne pas susciter de problèmes d'approvisionnement, les déblocages des importations des produit pétroliers se sont effectués au coup par coup.


Fatima MOSSADAQ
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc