×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Malgré le pessimisme ambiant, bons scores-1998 sur les PIB mondiaux

· Des résultats devraient soutenir la croissance marocaine

Par L'Economiste | Edition N°:455 Le 03/03/1999 | Partager

Les Etats-Unis affichent une croissance insolente. Paris veut leur emboîter le pas en commençant par battre son coéquipier allemand, mais loin des performances espagnoles ou portugaises. Des données qui devraient tirer le PIB du Maroc.


Le maintien de la croissance américaine, pendant huit ans d'affilé, fait rêver: elle avait démarré sans que personne n'y croie, puis elle s'est maintenue en augmentant chaque année la pente de la courbe.
De plus, les Etats-Unis ont eu une accélération proprement incroyable au cours du dernier trimestre 1998, portant leur taux de croissance à 6,1%. Sur l'ensemble de l'année 1998, cela donne un taux à 3%, avec une forte probabilité de dépasser ce score en 1999.

Modèle américain pour la France?


Le ministre français de l'Economie et des Finances vient de passer du rêve à la parole, indiquant que son pays était entré dans un cycle de croissance à l'américaine. M. Dominique Strauss-Kahn affiche à l'appui de sa thèse trois années successives de hausse du taux de croissance avec en prime l'accroissement constant chaque année.
C'est le schéma américain qui est en train de s'installer en France, dit-il. Membre d'un gouvernement socialiste, qui porte encore quelques vieux gènes antilibéraux, il prend néanmoins la précaution politique d'ajouter que le défi de son gouvernement sera d'empêcher que le mauvais côté de la croissance américaine ne débarque aussi en France, c'est-à-dire la formation de poches de pauvreté. Ces dernières se sont amplifiées jusqu'à approcher les 8% de la population et sont restées rebelles aux traitements ultralibéraux de Reagan, comme aux traitements plus sociaux de Clinton.

Espagne: Excellent résultat


Pour l'année en cours, le taux de croissance français devrait être compris entre 1,8 et 2%. La France (22% du PIB de l'Union Européenne) a battu au poteau l'Allemagne, la reine des taux de croissance stables et constants durant les vingt dernières années. L'Allemagne reste néanmoins le poids lourd de l'Europe en produisant le tiers du PIB de l'Union. Elle sera sans doute handicapée en 1999 par ses difficultés politiques et sociales: gouvernement affaibli sur la question du nucléaire et multiplication des revendications salariales dans l'ex-zone de la RDA. Diverses estimations placent son taux de croissance entre 1,8 et 2% pour l'année 1999. En revanche, la France creuse l'écart avec l'Italie, qui apporte 18% du PIB de l'Union et aura eu un taux de croissance de 2,5% en 1998. La Botte de l'Europe devrait rester un peu à la traîne des grands au cours de l'année 1999, avec un taux de croissance qui devrait osciller entre 1,5 et 2%.

Maroc: Bien loti?


La grande star de l'Europe est la petite Irlande. Elle affiche un taux de croissance du PIB digne des dragons asiatiques du temps de leur splendeur: +7,75%. Comme l'Espagne et le Portugal, l'Irlande continue de toucher les dividendes de son insertion volontariste dans l'environnement européen et de la rupture de son tête à tête conflictuel avec la seule Grande-Bretagne.
En résumé, le Maroc est plutôt bien loti: ses proches voisins et son principal partenaire sont sur des trends haussiers qui devraient aider à la relance.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc