×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Malgré l'affluence des "sèche-pleurs" : Jouets: Les bonnes affaires de Noël

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

La fin d'année est une haute saison pour le jouet. A côtés des importateurs de marques, figurent des distributeurs occasionnels de produits bas de gamme. La fête de Noël reste toutefois favorable aux magasins de haute gamme qui disposent d'une clientèle fidèle.


De fête chrétienne, Noël est devenue la fête de l'enfant quelle que soit la confession. Des trains à piles, des Pères Noël en plastique, des masques, des pistolets à eau et autres sont vendus à Derb Ghallef, Derb Omar, Koréa et chez des commerçants ambulants. Au centre-ville de Casablanca, des commerçants étalent par terre des jouets pour enfants qui attirent parfois l'attention des adultes.
Ces jouets bas de gamme affluent en grande masse de Taïwan, Corée, Hong-Kong et de plus en plus de Chine. Les prix varient entre 20 et 80 DH la pièce. Cette gamme de produits représente entre 55 et 60% du marché, note un professionnel. La haute saison pour ce type de jouets est enregistrée surtout durant la fête de l'Achoura. Noël reste en revanche plus favorable aux jouets haut de gamme.

Les jeux du monde de l'éveil


En effet, pour les magasin de jouets haut de gamme, c'est la belle période. Certains magasin avaient vu leur chiffre d'affaires tripler au mois de décembre 1994. Cette année, un grand nombre de distributeurs de produits haut de gamme attendent la deuxième moitié du mois de décembre. Le Salon de l'Enfant, Jouba, pourra relancer l'activité dans le secteur. Plusieurs distributeurs de jouets y seront présents. Ils souhaitent par l'occasion qu'il y ait une participation massive des secteurs spécifiques à l'enfant pour que le Salon ne se démarque pas de sa finalité. Outre la clientèle européenne, les petits enfants marocains scolarisés dans des écoles étrangères constituent également une cible pour les magasins spécialisés dans les jouets haut de gamme.
Loulouch, importateur et distributeur de jouets haute de gamme, représente de grandes marques (Smoby, Faure, Tartine et chocolat, Febber, Nounours, Clairbois, Charton, Berchet, Favre...) françaises et espagnoles (pour les grosses pièces). La propriétaire, Mme Najat Kadim rappelle que ses produits sont acheté par une catégorie sociale aisée. Les prix chez Loulouch varient de 20 à 6.500 DH. Sur les rayons de Loulouch, la diversité des marques et des produits fait le bonheur des petits enfants. Voitures et motos électroniques aux dimensions de l'enfant, à des prix allant de 1.400 à 6.000 DH pour les harley Davidson, côtoient les roller-lines à 500 DH. Des cuisines complètes et des salons de coiffure pour enfants coûtent entre 320 et 720 DH. A côté des jouets du monde d'éveil (premier âge), figure une gamme pour les filles et une autre pour les garçons.

Un volume de stock lourd


Située à quelques dizaines de mètres du magasin Loulouch, la société Kidco est le représentant exclusif de la marque italienne Chicco. Cette marque comprend, outre les jouets, des produits de base pour bébés (biberons, sucettes...) et les produits lourds destinés aux petits enfants (poussettes, berceaux...). Les jouets représentent 25% de l'activité de Kidco. Les prix du marché des jouets commercialisés par cette société varient en majorité entre 50 et 200 DH. Ces produits ne sont pas destinés à une catégorie de clientèle mais aux différentes classes sociales, indique Mme Aïcha Benjelloun, directeur-adjoint. Les quelques jouets qui sont un peu plus chers (1.000 à 1.500 DH) sont destinés en grande partie à des établissements d'éducation.
Pour sa part, M. Rachid Mediouni, administrateur délégué de CIEC (importateur de jouets et distributeur exclusif des barbies), vise une classe sociale plus large. Les barbies sont les jouets les plus vendus dans le monde, rappelle-t-il. Durant la période de Noël, l'activité chez CIEC augmente de 30 à 35% par rapport à la normale. Mais l'Achoura reste la période ou l'activité enregistre une croissance remarquable (70% par rapport à la normale). A cela s'ajoute la période estival où la demande des jouets de plage et de plain air augmente.

Les fournisseurs étrangers exigent souvent un minimum de stock vis-à-vis de leurs représentants marocains. Pour Loulouch, les stocks minima varient, selon les marques, entre 200.000 et 500.000 DH par an. Les stocks exigés pèsent sur le budget des distributeurs en terme de frais financiers. D'autant plus que le caractère saisonnier de l'activité ne permet pas de s'engager sur des stocks importants, rappellent un importateur qui garde le silence sur son volume de marchandises stockées.
Par ailleurs, l'axe Casablanca-Rabat absorbe la plus grande part du marché de jouets. Un grand nombre de distributeurs réalisent plus de 80% du chiffre d'affaires entre ces deux villes. Viennent en deuxième position les villes de Fès, Marrakech, Agadir et Tanger.

Hicham RAÏQ.


Les jouets intelligents en avance


Les parents finissent en général par céder au choix des petits. Parfois les adultes retrouvent leur enfance dans les magasins et ne se gênent pas d'essayer les masques ou les roller-lines. Les enfants regardent patiemment leurs parents qui se prennent au jeu.
Depuis deux ans, le plein air prend le pas sur les jeux électroniques. D'autres jouets ou poupées inspirés de dessins animés sont également appréciés. Il y a quelques mois, le roi lion s'écoulait sur le marché à grande vitesse. "Avec les émissions transmises par satellite, les enfants connaissent parfaitement les dernières créations. Ils viennent demander des objets à peine lancés par le fabricant", note Mme Kadim. D'où la nécessité de suivre l'évolution du secteur à travers la participation aux différents Salons étrangers, ajoute-t-elle. Ces manifestations sont aussi une occasion pour renouveler les contrats avec les fournisseurs.

Selon M. Mediouni, les jouets ont tendance à devenir unisexe. Les petits garçons aiment jouer aussi bien que les petites filles avec des peluches, des barbies, des figurines ou des poupées articulées.
Il est à signaler également l'émergence des jeux de société, des puzzles et des jeux éducatifs au détriment des jeux bruyants (trouvés généralement dans le bas de gamme). Car les parents optent pour un jouet instructif qui permette de développer l'esprit de créativité chez l'enfant...un jouet intelligent. Un pays comme la Corée, par exemple, vient en tête des consommateurs de jeux de légo.
La gamme de produits présenté par Kidco se place justement sur le créneau des jouets instructifs. Cette société offre des jouets destinés aux enfants de 0 à 7 ans. A sa naissance, l'enfant a besoin de connaître le monde qui l'entoure, il faut alors lui présenter des jouets qui lui permettent de développer ses facultés auditives et visuelles, explique Mme Benjelloun. Peu à peu, l'enfant doit prendre conscience des volumes, des formes et des couleurs. Après, il doit apprendre à associer des lettres ou des images avant de se lancer sur les jeux audio-visuels ou les jeux de plein air qui lui permettent de développer son imagination. Le jouet doit donc accompagner l'enfant depuis sa naissance et être adapté à ses besoins aux différentes phases.

Hicham RAÏQ.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc