×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Maître Rahal tire sa révérence

Par L'Economiste | Edition N°:1531 Le 03/06/2003 | Partager

. Il s'est éteint le 1er juin 2003 laissant derrière lui un empire florissant. Une vie pas commode mais qui l'a juché au sommet. Il s'est illustré en tant que traiteur officiel du PalaisLe monde de la gastronomie marocaine vient de perdre un de ses grands précurseurs. Rahal Essoulami, plus connu sous le nom du traiteur Rahal, est décédé dimanche 1er juin 2003, à l'âge 71 ans, vers 4h du matin des suites d'une longue maladie. Fondateur du groupe Rahal qui emploie aujourd'hui 800 personnes, ce natif de Marrakech a su s'imposer comme un des leaders de la restauration au Maroc. Ayant commencé son parcours comme un simple commis, il laisse après sa mort un empire. A force de persévérance et de débrouillardise, il est arrivé au sommet. En 1940, il rejoint sa famille à Casablanca. A 8 ans, âge où tout enfant doit être scolarisé, Rahal, lui, tente de poursuivre des études en vain. Il ne dépassera pas le stade de l'école coranique et apprend tant bien que mal à écrire son nom et son prénom. Peu formé, il vendra des bonbons, des pépites dans la rue amassant de maigres pécules. Mais le sort en décidera autrement. Le jeune homme tombe sur une occasion en or. Il loue un four et un petit magasin (de 1 m2) à l'ancienne médina et effectue ses premières armes dans la pâtisserie. Commence ainsi la partie de sa vie qui contribuera à forger sa célébrité. Pâtisseries en tous genres, en plus de mois de Ramadan bien chargés: Chabbakia, lemkharka, briouate, crêpes au miel, gâteaux régionaux, du nord, du sud et même de l'Algérie comme El Makrout. Fougeux, il enfourche son vélo à moitié usé et va à la rencontre de tous ceux qui ne peuvent pas venir jusqu'à lui. Démarchage ou livraison à domicile, en tous cas, la recette semble bien prendre. Même sans avoir étudié, Rahal avait déjà tout compris. Tout en gardant la pâtisserie, il met son nez partout avec succès. Jusqu'au tournant décisif de sa vie en 1956, date à laquelle il participe à la Foire internationale de Casablanca. Remarqué par Feu SM Mohammed V, Rahal sera propulsé sur le devant de la scène. Les familles s'intéressent à ses prestations. Ainsi démarrera sa carrière de traiteur. De bouche à oreille, on se l'arrache. Sa notoriété parvient jusqu'au Palais. C'est la consécration. Rahal s'organise et crée Manzah Diafa. Pour sa première réception, il sert 1.000 personnes au Golf de Marrakech. A partir de ce jour-là, c'est lui qui s'occupera des réceptions royales tant au Maroc qu'à l'étranger. Ses enfants, Abdelkrim, Mustapha, Mohamed, Abdelwahed, Youssef, Kamal et Fatiha se relayent à la tête de l'empire familial. Outre traiteur qui est le métier d'origine, le groupe Rahal s'illustre aussi dans la restauration des collectivités (Rahal Catering), la restauration rapide (cafés et restaurants dans les aéroports du Maroc), restauration gastronomique (Le Médina), la pâtisserie (Diafa) et la franchise avec la Brioche Dorée. Parti de rien et arrivé au sommet, Rahal fait partie des grands noms du pays. En plus de ses cuisines et ses laboratoires qu'il a ouverts à l'apprentissage des jeunes des métiers de la restauration et de la pâtisserie, Rahal a fondé à Casablanca une école de football qui regroupe plus de 300 adhérents. Rahal est retourné à Dieu, mais la saga de sa famille, elle, continue.Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc