×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Lutte contre la pauvreté
Les enjeux du «ciblage optimal»

Par L'Economiste | Edition N°:2848 Le 28/08/2008 | Partager

. A 20% des ménages aisés, 50% des crédits destinés à l’enseignement. L’identification des pauvres permet une redistribution intelligente des ressourcesJusqu’ici, pour réduire la pauvreté, le Maroc a eu recours à un transfert forfaitaire des ressources budgétaires. Cette méthode ne fait pas de distinction entre pauvres et non pauvres. L’ensemble de la population bénéficie en effet des mêmes prestations sociales, de subventions à la consommation alimentaire… Les études du Haut-commissariat au plan (HCP) ont démontré les limites de cette approche. Des moyens budgétaires immenses sont dépensés sans pour autant réduire de façon notable la pauvreté et les disparités sociales. Normal: les 20% les plus aisés des ménages s’accaparent plus de 50% des crédits destinés à l’enseignement. Les riches bénéficient par la même occasion de 40% des subventions alimentaires: 40,2% pour la farine nationale et 41,2% pour le sucre granulé. En revanche, ces proportions sont respectivement limitées à 6,1% et 9,3% pour les 20% les plus défavorisés.Le HCP a confectionné une carte géographiquement fine de la pauvreté. Ce nouvel outil constituera, selon ses concepteurs, un moyen efficace pour redistribuer plus intelligemment les ressources budgétaires et réduire la pauvreté. Se fondant sur la carte de la pauvreté, le HCP a réalisé une étude visant à dégager la meilleure approche pour lutter contre la pauvreté et sa sévérité. Cette méthode consiste à simuler l’impact des différentes politiques de ciblage pour en désigner la plus performante dans le but de prescrire une répartition géographique optimale du budget alloué à la lutte contre la pauvreté. Dans le cas de l’existence d’un répertoire actualisable des populations pauvres, le transfert des ressources peut être orienté directement vers ces populations (ciblage parfait). Dans le cas contraire, l’Etat n’a de choix que de procéder à une allocation uniforme et forfaitaire des moyens budgétaires. Cette démarche a un impact limité sur la réduction de la pauvreté.Outre les méthodes de transfert parfait et uniforme, l’étude focalise sur les ciblages géographiques dits naïf et optimal. Il s’agit d’approches basées sur la répartition géographique de la pauvreté, qui tient compte de l’absence d’un répertoire des ménages pauvres. Les plans de ciblage tels que définis par le rapport du HCP se déclinent en trois variantes. D’abord, le plan «naïf» qui part de la connaissance de la répartition spatiale de la pauvreté sans pour autant s’en servir de manière scientifique. Il considère que les ressources à distribuer à chaque personne sont égales au rapport entre le budget total et le nombre total des pauvres, les populations étant classées selon l’indice de sévérité de la pauvreté. Les ressources sont ensuite distribuées à toutes les personnes pauvres et non pauvres, commençant par la localité la plus pauvre, jusqu’à épuisement du budget. Le deuxième plan de ciblage est dit optimal. Il participe d’un schéma de transfert favorable aux localités les plus pauvres. Dans ce modèle de ciblage, le calcul de la part, dans le budget total, des diverses localités se base sur la minimisation de l’indice de sévérité de la pauvreté. Les régions sont d’abord classées selon l’indice volumétrique de la pauvreté. Ensuite, les transferts sont effectués de manière forfaitaire à la localité la plus pauvre jusqu’à ce que son indice volumétrique soit égal à celui de la localité qui lui est supérieure dans le classement. La troisième méthode de ciblage consiste en un plan «uniforme». Les performances en termes de réduction de la pauvreté qui découlent des transferts naïf et optimal sont comparées à ceux d’un plan de référence appelé uniforme ou forfaitaire. Cette démarche peut être envisagée dans le cas où la population pauvre n’est pas identifiée ni localisée. C’est la raison pour laquelle le budget est distribué de manière égale et forfaitaire à tout le monde. Selon la politique de ciblage prônée par le HCP, c’est le ciblage optimal qui a le plus d’impact sur le taux de pauvreté. Assorti d’une cartographie la plus fine possible de la pauvreté (commune ou district), le plan de ciblage optimal permet des gains appréciables en termes de réduction de la pauvreté en comparaison avec le transfert uniforme. Toutefois, l’impact de ce plan est fonction du budget et de l’équité de sa répartition spatiale, de la désagrégation des indices de pauvreté et du seuil de pauvreté. A supposer que l’on dédie à la lutte contre la pauvreté une enveloppe équivalente à 0,7% du PIB, ce budget serait le plus équitable envers le monde rural et le ciblage optimal contribuerait à réduire sensiblement la pauvreté en milieu rural plus qu’en milieu urbain. Le ciblage optimal améliore la réduction de la pauvreté selon qu’il est appliqué au niveau régional (7%), provincial (8%), communal (9%) ou à un niveau infra-communal (18%). Dans le cas où l’on fixerait à 1,9% du PIB le budget consacré à la réduction de la pauvreté, le milieu rural serait défavorisé. Le transfert de ce budget selon un ciblage uniforme réduit le taux de pauvreté urbain de 18%. Le ciblage optimal pourrait réduire cette proportion selon qu’il est appliqué au niveau régional (32%), provincial (34%), communal (37%) ou infra-communal (53%). Et au niveau rural, le ciblage uniforme engendrerait une réduction annuelle du taux de pauvreté de 15%. Et le ciblage optimal pourrait là aussi réduire la pauvreté selon qu’il est appliqué au niveau régional (16%), provincial (18%), communal (22%) ou infra-communal (23%).Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc