×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Lutte anti-corruption
Transparency Maroc s’allie au ministère de la Santé

Par L'Economiste | Edition N°:2736 Le 17/03/2008 | Partager

. Mise en place d’un comité paritaire. Le plan d’action reste à définirVaste chantier que celui de la lutte contre la corruption. Surtout lorsqu’elle sévit dans le domaine de la Santé. Le ministère de tutelle, conscient de l’urgence de mesures radicales à ce sujet, a décidé de prendre le taureau par les cornes. L’alliance avec Transparency Maroc (TM), dont l’expérience en matière de corruption n’est plus à démontrer, pourrait se révéler déterminante dans la stratégie ministérielle. Selon le docteur Siham Benchekroun, membre de TM, plusieurs axes doivent être pris en compte afin d’endiguer le fléau de la corruption. Celle-ci est favorisée par les nombreux disfonctionnements dont souffre l’organisation hospitalière. Une centralisation excessive des services, ainsi qu’un arsenal juridique incomplet fait que les victimes ne peuvent pas facilement porter plainte. D’autant plus qu’elles ne connaissent pas toujours leurs droits. Par ailleurs, il n’y a pas de contrôle des tarifs des établissements privés, ce qui signifie que tout un secteur parallèle échappe au contrôle du ministère de la Santé. Le cumul de fonctions entre le privé et le public conduit à un absentéisme chronique des médecins, lequel se répercute sur la qualité des soins offerts, et renforce l’influence du personnel corrompu. Les conséquences d’un tel comportement sont également négatives pour les étudiants en médecine, qui se voient inculquer un déplorable exemple en matière de déontologie.La coopération entre TM et le ministère de tutelle s’étalera sur plusieurs objectifs. Le plus important demeure la restauration de la confiance dans le domaine de la Santé. L’équité dans l’accès aux soins est également un point primordial à faire respecter. Par contre, un plan d’action reste à définir. Celui-ci ne devrait néanmoins pas tarder à prendre forme, puisque ces objectifs sont à court terme. Dans le mois qui suit, leur mise en chantier devrait intervenir, via un programme au niveau national.Selon Rachid Filali Meknassi, secrétaire général de TM, un accord est intervenu à propos de l’élaboration d’un comité paritaire, dans le but de concevoir des actions pour lutter avec efficacité contre la corruption. Il y a des engagements réciproques, émanant du ministère de tutelle et de TM, ainsi qu’un instrument d’action. Il convient maintenant d’analyser les conclusions des études engagées, et d’en tirer un véritable programme de concertation entre les différents acteurs. Adam Berrada

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc