×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    L'USFP veut réussir son VIIIe Congrès

    Par L'Economiste | Edition N°:2755 Le 14/04/2008 | Partager

    . 1.300 congressistes sont attendus . Un quota de 10% de jeunes et 20% de femmes retenu LES préparatifs pour la tenue du VIIIè congrès de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) sont passés à la vitesse supérieure. La formation politique veut réussir son congrès des 13, 14 et 15 juin prochain.Réuni samedi dernier à Rabat, le Conseil national de l’USFP, le 11è de la série, a longuement discuté, notamment des critères d’éligibilité des congressistes. La commission préparatoire a mis sur pied une plateforme définissant ces critères et fixant à 1.300 le nombre de congressistes, dont 10% de jeunes et 20% de femmes. Les critères retenus sont principalement les résultats des élections législatives de 2002 et 2007 et des élections communales de 2003. Sur cette base, il sera procédé à une répartition équitable sur toutes les régions. A pratiquement deux mois de l’échéance, on affiche une «volonté sereine et une grande mobilisation». La direction du parti, notamment le Bureau politique a, en effet, réussi à amortir le choc de la déroute du 7 septembre. Amorti certes, mais pas oublié. Le choc est encore bel et bien présent dans les esprits. C’est pourquoi Bureau politique et Conseil national s’activent maintenant à installer le parti dans une logique d’ouverture sur ses bases et aussi sur les adhésions qu’il a pu recueillir lors de la campagne initiée en 2007. Une campagne qui, dit-on à l’USFP, a drainé plusieurs centaines de nouveaux membres de différents âges et différents niveaux. «Le parti a aujourd’hui une chance de reprendre sa place de leader de la gauche. Les élections communales de 2009 seront pour lui un baromètre, voire le dernier examen pour lui faire reprendre le flambeau de l’ouverture et de la décision», commente un membre du Conseil national. Il est vrai que la formation politique a «d’abord été malade de sa propre gouvernance». En plus clair, le parti doit confirmer «sa volonté de s’ouvrir sur le peuple, d’inciter les citoyens, notamment les jeunes, à reprendre confiance dans les institutions politiques, et de s’acquitter de sa mission d’encadrement». Tout un programme sur lequel la direction planche actuellement en prévision de son congrès. Ce dernier est perçu «comme l’antidote à même de revitaliser la formation politique dans son ensemble». Plusieurs dirigeants du parti ne s’en cachaient pas. Ils reconnaissent volontiers qu’il y a «des problèmes au sein de la famille socialiste et qui ne seront résolus qu’avec la tenue du VIIIe congrès».D’ailleurs, deux Conseils nationaux avaient été tenus en janvier dernier pour «essayer de résoudre de manière démocratique la crise que traverse l’USFP». Avec la tenue, samedi dernier, de la 11e session du Conseil, cela fait trois sessions de thérapie de groupe au cours desquelles plus de 200 membres sur les 300 qui composent cette instance, ont pu s’exprimer et émettre leurs avis. Et, pour une fois, l’on peut dire que la machine socialiste est en voie de retrouver le chemin duquel elle s’était écartée, celui de la gauche. Reste à signaler que Abdelouahed Radi, qui a présidé cette 11e session du Conseil national, a fait un exposé -au nom du Bureau politique- dans lequel il est revenu sur la question nationale (Sahara), sur le 10e anniversaire de l’alternance et sur la situation sociale.


    Préparatifs

    LA formation politique a déjà entamé la préparation des instances du parti au niveau des sections, provinces, régions, secteurs, ainsi qu’au niveau de la section féminine et de la Jeunesse ittihadia. Il s’agit également de préparer les prochaines étapes de la participation à l’élaboration des projets de rapports, et de s’assurer de l’appartenance au parti, en perspective des élections des congressistes. Une date butoir pour ce qui est des cartes d’adhérents, sera fixée prochainement. Il en est de même du calendrier des élections des congressistes.Jamal Eddine HERRADI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc