×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    L'UGTM en rangs serrés derrière l’Istiqlal

    Par L'Economiste | Edition N°:2774 Le 12/05/2008 | Partager

    . La centrale refuse les grèves des 13 et 21 mai. Pour le syndicat, le gouvernement ne peut pas «faire mieux»L’UGTM, organisation proche du parti de l’Istiqlal, ne participera pas aux deux mouvements de grève des 13 et 21 mai. Un communiqué officiel a été diffusé dans ce sens, hier dimanche, par la centrale syndicale. Rappelons que l’UMT, la FDT, l’ODT et la CDT ont lancé un appel à la grève générale dans l’Administration publique et les collectivités locales (voir page 17). «La conjoncture actuelle est difficile. Pas question de mettre de l’huile sur le feu. D’autant plus que les propositions du gouvernement dans le cadre du dialogue social sont raisonnables», affirme Mohammed Benjelloun Andaloussi, SG de l’UGTM. En clair, les rangs se resserrent derrière Abbas El Fassi, le Premier ministre. Le responsable de l’UGTM rappelle que plus de 17 milliards de DH ont été accordés par le gouvernement pour améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs (cf. www.leconomiste.com). «Outre ces augmentations, le gouvernement a déployé beaucoup d’efforts pour maintenir la stabilité des prix alors que les coûts de certaines matières stratégiques, comme le pétrole et les céréales, ne cessent d’augmenter de manière vertigineuse», ajoute Andaloussi. Pour faire face à cette situation, les pouvoirs publics ont été obligés de renflouer la Caisse de compensation par des fonds supplémentaires. L’enveloppe de 20 milliards de DH prévue initialement sera largement dépassée cette année. Elle pourrait atteindre les 36 milliards de DH, selon Andaloussi. Le syndicat, via ces arguments, veut prendre «une position responsable». Pas question de faire de la surenchère syndicale. D’ailleurs, la direction de l’UGTM souligne que les deux prochains mouvements de grève générale sont «complètement désorganisés». Et leurs effets pourraient être désastreux pour le pays. D’ailleurs, par l’intermédiaire de nombreux médias, on commence déjà à réclamer la tête d’El Fassi. Mai risque d’être le mois le plus chaud de l’année.


    Mobilisation

    Le week-end dernier a été marqué également par l’organisation du Conseil national du parti de l’Istiqlal. A l’ordre du jour, l’évaluation du travail du gouvernement et la préparation du congrès du parti, prévu à partir de septembre prochain. Cette réunion a été sans surprise et n’a été qu’une occasion de plus pour exprimer le soutien du conseil au gouvernement d’Abbas El Fassi.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc