×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

L'Oréal signe une convention avec HEM : L'empreinte du marketing sur la gestion des hommes

Par L'Economiste | Edition N°:207 Le 07/12/1995 | Partager

Le recrutement est l'acte le plus grave de l'entreprise, plus que n'importe quel investissement. Mal conduit, il introduit la médiocrité. Mal suivi, un candidat excellent pourra devenir un moyen. Et c'est ainsi qu'une entreprise s'encombre de mauvais potentiels, recule sur les marchés.
François Vachey, vice-président de L'Oréal, rappelle la vigilance dès ce premier acte de gestion des ressources humaines qu'est le recrutement.
Et c'est dans cette recherche des meilleurs potentiels que la multinationale des cosmétiques vient de conclure un accord avec HEM. L'Oréal, qui emploie 39.000 personnes dans le monde, connaît le pays. Elle est présente par l'UFCI (cosmétique) et Synthélabo (pharmacie), et deux Marocains dirigent des laboratoires en France. Mais il manque des jeunes cadres, issus du Monde arabe, dans le management et le marketing, fonction locomotive. Pourtant, le fleuron des shampooings du maquillage français est dirigé par un Anglais, et l'internationalisation de l'encadrement est le credo pour faire tourner 40 usines à travers le monde et vendre 500 marques. Sur 350 "patrons", 60% ne sont pas Français.

Dans ce cadre, une ouverture sur les jeunes potentiels arabes s'imposait. Une étude a été menée en Egypte, au Liban. Le Maroc a été retenu. Puis entre universités publiques et écoles privées, HEM a été sélectionnée, après des entretiens avec les dirigeants, les enseignants et les élèves; "leur bon niveau et leur ouverture à l'international ont été déterminants. Sur 11 étudiants que j'ai interviewés, 8 parlaient bien anglais sans avoir jamais quitté le Maroc", confie le vice-président en charge des Ressources Humaines de L'Oréal.
L'accord conclu pour 3 ans est donc une consécration pour l'école de M. Abdelali Benamour qui n'en a pas pris l'initiative. L'Oréal n'a d'accords similaires qu'avec l'Insead (Fontainebleau) et Oxford.
Pendant 3 ans, L'Oréal accordera 6 bourses/an à des étudiants, des stages et à l'établissement un soutien pédagogique en marketing. Le promoteur des Garnier, Kérastase, Fas, Lancome, Lanvin, et des 500 autres marques en connaît un rayon.

Plus tard, L'Oréal pourra recruter, ou pas, dans la pépinière qu'il aura contribué à former. Mais tout dépend du potentiel. Car un fort en thème n'est pas toujours un créatif, un "développeur" dans cette activité d'innovations techniques et marketing permanente. Quand il recrute, le vice-président consacre 1h30 au candidat. Rien des tests mystérieux et de l'évaluation subjective et express en vigueur dans nos entreprises. Il met à l'aise le candidat, jauge sa "curiosité", sa "sensibilité", conditions de toute réussite sur un marché difficile. Chacun doit avoir une attitude de numéro 1 pour ne pas être un "suiveur" sur le marché. "Partout, il faut effectuer des tours de guet pour saisir ce qui commence". Et c'est ainsi que le premier président de L'Oréal a eu l'idée de l'ambre solaire avec l'obligation des congés payés en 1936. Si le "développeur" se double d'un tempérament de "leader", il pourra diriger une équipe. Si, en plus, c'est un "compteur", il fera un patron: un vrai manager réussissant sur son marché, grâce à ses hommes.
Cette logique managériale, autour du couple "produit-client" est le ciment de la multinationale qui s'adapte néanmoins à la culture locale. Ainsi, au Japon, un directeur général ne devra pas être trop jeune pour s'imposer aux distributeurs. En Allemagne, aux USA, il faut être plus vigilant à ne pas court-circuiter les hiérarchies qui doivent de toute façon être écrasées et décentralisées pour réagir au marché rapidement. "Le siège et les directeurs n'ont pas le monopole de l'intelligence". Dans cette multinationale qui multiplie les produits de rêve, on garde les pieds sur terre.

Khalid BELYAZID.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc