×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

L'OPEP maintient son niveau de production jusqu'à mars prochain

Par L'Economiste | Edition N°:655 Le 08/12/1999 | Partager

· Le programme "pétrole contre nourriture" prolongé d'une semaine
· Les cours de pétrole ont baissé la semaine dernière

LES cours de pétrole se sont repliés la semaine dernière, déboussolés par l'incertitude sur la reprise des exportations irakiennes. Le prix du baril de brut est repassé sous les 25 Dollars à Londres et sous les 26 Dollars à New York, après avoir bondi une semaine auparavant à des sommets jamais vus depuis la début de la guerre du Golfe en janvier 1991. Le programme "pétrole contre nourriture" a été de nouveau prolongé vendredi par le Conseil de Sécurité pour une semaine, ce que Bagdad rejette. Les discussions du Conseil portent sur un projet initié par la Grande-Bretagne et appuyé par Washington. Celui-ci prévoit que les sanctions seront suspendues après que l'ONU aura constaté la pleine coopération de l'Irak et des progrès vers l'accomplissement de «tâches clés» dans son désarmement. Bagdad réclame une levée pure et simple de l'embargo.
Un journal irakien a même estimé hier que la reconduction d'une semaine de l'accord "pétrole contre nourriture" était une démonstration de force de Washington avant un vote crucial à l'ONU sur l'avenir des sanctions.

Sommet à Caracas


De son côté, l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a décidé de maintenir sa production de brut sans changement jusqu'au mois de mars prochain.
Le ministre de l'Energie qatariote, dont le pays est le président en exercice du cartel, a indiqué que la date précise du prochain sommet en mars à Caracas n'a pas encore été fixée. Le Venezuela a en effet indiqué récemment qu'il pourrait reporter le sommet de mars à septembre.
Par ailleurs, le ministre koweitien du Pétrole, Saoud Nasser Al-Sabah, doit se rendre aujourd'hui aux Etats-Unis pour des discussions avec les principales firmes pétrolières américaines. Celui-ci doit également rencontrer des responsables de plusieurs compagnies pétrolières dans le cadre d'une campagne visant à attirer des investissements étrangers dans le secteur pétrolier au Koweit.
Cheikh Saoud avait affirmé en octobre que son pays devait signer à la fin de l'année des contrats confiant à des firmes étrangères le développement de sept champs pétroliers du Nord et de l'Ouest du pays. Les entreprises étrangères seront ainsi appelées à investir 7 milliards de Dollars d'ici l'an 2003 pour développer ces champs, dans l'objectif de porter la capacité de production du Koweit à 2,5 millions de barils/jour (mbj) en l'an 2000 et à 3 mbj en 2005, contre près de 2,2 mbj actuellement.
Le Koweit, qui détient entre 9 et 10% des réserves mondiales de brut, avec 94 milliards de barils, limite à l'heure actuelle la participation étrangère dans son secteur pétrolier à des contrats d'assistance technique.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc