×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'Open Sky a du plomb dans l’aile

Par L'Economiste | Edition N°:2408 Le 24/11/2006 | Partager

. La France fait obstruction à la mise en œuvre du traitéDepuis des mois, l’info se murmurait dans les milieux professionnels et les couloirs des ministères à Rabat. Cette fois-ci, elle apparaît au grand jour. C’est Ryanair, la célèbre compagnie de low cost qui lève le voile sur les obstructions françaises sur l’application de l’accord d’Open Sky entre le Maroc et l’Union européenne. Dans un communiqué, le transporteur justifie les raisons qui l’ont poussé à reporter, à une date indéterminée, son programme concernant le Maroc. Il met ouvertement en cause l’attitude des autorités françaises coupables d’obstruction à l’ouverture du ciel de l’Hexagone à la concurrence. «Nous sommes vraiment déçus de ne pouvoir opérer sur le Maroc comme nous l’avions annoncé, mais le refus des autorités françaises de ratifier l’accord, pourtant approuvé par le Maroc et l’Union européenne, nous contraint à repousser l’ouverture de ces lignes à une date encore inconnue», déplore la compagnie irlandaise dans son communiqué. Derrière cette manœuvre, tout le monde voit la main invisible du groupe Air France, qui n’entend pas servir sur un plateau une partie de son business sur le Maroc, une de ses routes les plus rentables. L’hypothèse qui hante les responsables français, et donc le groupe Air France, est de voir un opérateur aux moyens bien plus importants -type Emirates-, créer une compagnie immatriculée au Maroc et s’engouffrer dans l’Open Sky (voir nos archives sur www.leconomiste.com) Côté marocain, c’est un peu de l’incompréhension que l’on éprouve vis-à-vis de l’attitude d’un des pays considérés comme un allié. Mais les réalités politico-économiques à Paris peuvent ne pas tenir compte des sentiments de ce que ce côté-ci de la Méditerranée. Il va sans dire que, durant la réunion de la haute commission mixte, réunissant les deux gouvernements, les 11 et 12 décembre prochains à Paris, la partie marocaine demandera sans doute quelques explications à son partenaire. En attendant, confie une source au ministère du Transport, «tous les canaux diplomatiques sont activés pour lever les dernières hésitations». Car des hésitations, il y en a du côté allemand aussi. Berlin, qui n’est pas n’importe qui dans l’Union européenne, aurait fait savoir qu’il n’est pas prêt de ratifier l’accord avant dix huit mois. La signature officielle de l’accord d’Open Sky avec l’Union européenne est prévue le 29 novembre à Bruxelles, confirme le ministère de l’Equipement et du Transport. Il faudra donc attendre encore avant que la révolution annoncée ne se concrétise dans le ciel marocain. Air France peut dormir tranquille. Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc