×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

L'OPE lancée par la BNP remue le financement européen

Par L'Economiste | Edition N°:462 Le 12/03/1999 | Partager

· La SG et Parisbas tiennent leurs conseils
· La plus grosse opération jamais lancée en France


L'offre publique d'échange (OPE) lancée par la BNP donnera naissance à un géant de la banque dont le poids économique est pour le moins considérable (Cf L'Economiste du jeudi 11 mars). En effet, si cette opération aboutit, la SBP, entité issue de cette offre, se hissera au premier rang des banques mondiales, en termes de total de bilan.
Ce dernier dépassera 1.000 milliards d'Euros (plus de 10.618 milliards de DH). De plus, la capitalisation boursière du groupe sera de l'ordre de 320 milliards de Francs, poussant ainsi la SBP à la première place sur l'Euroland et la troisième sur le plan mondial derrière Lloyds-TSB et HSBC.
En termes de fonds propres, la SBP serait la première banque de l'Euroland avec 27 milliards d'Euro (286 milliards de DH). Le nouveau groupe serait également l'un des dix principaux acteurs mondiaux dans la gestion d'actifs avec près de 265 milliards d'Euros sous gestion. Dans la banque de détail, la SBP occuperait le troisième rang sur la zone Euro avec 11 millions de clients. Dans la banque d'investissement, Paribas conserverait son indépendance et les deux autres banques devraient dégager 400 millions d'Euros de synergies en 2002.
En attendant, les deux OPE déposées portent sur une valeur de 220 milliards de Francs (un peu plus que 356 milliards de DH) soit plus que le PIB du Maroc. En clair, cette opération consiste à échanger des actions de la Société Générale et de Paribas contre celles de la BNP. Cette dernière a en effet offert aux porteurs des titres SG une prime de 14% par rapport au dernier cours coté le 9 mars. Pour les détenteurs des titres Paribas, elle leur a proposé une prime de 18,3%, toujours par rapport au dernier cours coté le jour même de l'annonce de l'OPE.
Les deux banques, objets de cette offre, maintiennent leur position. Elles considèrent cette opération comme étant «aventureuse et inamicale». D'ailleurs, les présidents de ces deux institutions ont prévu de convoquer leur conseil hier après-midi (Paribas) et ce matin (Société Générale). Ordre du jour: «Examiner l'affaire». Pour le PDG de la BNP, M. Michel Pébereau, cette opération a pour objectif de créer «un champion de la banque». D'après lui, le nouveau groupe, qui prendra la forme d'une société à Conseil de Surveillance et Directoire, sera «immédiatement et durablement créateur de valeur». En tout cas, le plan industriel de l'opération prévoit des synergies de 1,27 milliard d'Euros avant impôts (13,47 milliards de DH). «Près de 90% de ces synergies résulteront des économies réalisées sur le système informatique (40%) et la mise en commun des achats», est-il indiqué. Les synergies de coût se répartiront entre 710 millions d'Euros (7,53 milliards de DH) au niveau des fonctions de support en France et à l'étranger et 460 millions (4,88 milliards de DH) dans les systèmes d'information.
Cette «association», ainsi appelée par M. Pébereau, ne se traduira pas forcément par des licenciements. «La décrue des effectifs se ferait via des départs naturels, volontaires et le recours au temps partiel», explique-t-il. A préciser que l'effectif de chacune des banques concernées est de 58.600 pour la SG, 53.000 pour la BNP et 20.800 pour Paribas.

Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc